Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Le kickboxing reconnu comme sports olympiques : «Dès cette saison, on commence la préparation pour les JO de Paris 2024»

    Le kickboxing reconnu comme sports olympiques : «Dès cette saison, on commence la préparation pour les JO de Paris 2024»

    Alors que les Jeux de Tokyo viennent à peine de commencer, le Comité international olympique (CIO) a annoncé officiellement que le kickboxing et le muaythai font désormais partie des nouvelles disciplines olympiques aux prochains Jeux de Paris en 2024.

    C’est probablement le plus grand jour de l’histoire du kickboxing et de la boxe thaïlandaise. Le rêve des millions de passionnés et pratiquants, y compris les combattants malagasy, de voir figurer leurs disciplines disputées aux Jeux Olympi­ques, est enfin devenu réalité.
    La 138e session du CIO de mardi à Tokyo (Japon) a reconnu pleinement le kickboxing et la boxe thaïlandaise comme disciplines olympiques, sous les auspices de l’Association mondiale des organisations de kick-boxing (Wako) et de l’International federation of muaythai associations (IFMA). Elles seront au programme des Jeux Olympiques de Paris 2024 avec 4 nouvelles disciplines (Le sambo, l’eisstock, le cheerleading et le lacrosse en champ). A noter que Wako est provisoirement reconnue depuis le 30 novembre 2018.

    Visibilité importante
    Sans conteste, la satisfaction de la Fédération malagasy de kickboxing et disciplines associées est incommensurable après avoir entendu cette bonne nouvelle. «C’est une décision importante pour le kickboxing malagasy qui aura une occasion de développer sa visibilité à l’échelle internationale. Le potentiel, nos combattants en ont. A ne pas oublier que nombreux de nos tireurs aussi bien dans la catégorie junior qu’en combat Pro, ont déjà monté sur le toit du monde et de l’Afrique», se réjouit le directeur technique national, Anigael Gastros Maronirina.
    Avant d’ajouter que « sans attendre, la préparation des combattants en vue de ce rendez-vous planétaire commence dès cette saison.  Nous allons plutôt nous concentrer sur la préparation de la relève, étant donné que la génération actuelle de l’équipe nationale risque de dépasser l’âge requise d’ici quatre ans »l.

    Soafara Pharlin

    Les commentaires sont fermées.