Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Tentative d’assassinat du président: le commando est composé de 15 mercenaires

    Tentative d’assassinat du président: le commando est composé de 15 mercenaires

    Les informations sont précises par rapport à la tentative d’assassinat du chef de l’Etat. 15 merce­naires ont planifié l’opération dont 6 d’entre eux sont arrêtés.

    Une opération préparée depuis un long mo­ment. A en croire le conseiller spécial du président de la République en charge de la diplomatie, Patrick Rajoelina, sur le plateau de France24, hier, le service secret malagasy a été alerté des agissements d’un certain nombre individus depuis près d’un an. Pour dire que les instigateurs de ce projet avaient planifié leur acte depuis quelque temps.

    Et comme le conseiller spécial du chef de l’Etat l’a révélé, les instigateurs auraient demandé cinq millions d’euros aux compagnies pétro­lières opérant à Madagascar pour financer ce projet d’assassinat. « Nous avons des preuves matérielles avec des documents et des échanges d’emails », a-t-il soutenu.

    Selon des sources con­cordantes, 15 commandos mercenaires sont venus à Mada­gascar pour mener l’opération. Des éléments qui viennent de commettre un attentat au Tchad, figurent parmi eux. Il s’agit d’un groupe de commandos ex­périmenté dans le déploiement d’actions militaires dirigé par des officiers supérieurs dans le but de déstabiliser politiquement l’Afri­que.

    Par ailleurs, des éléments à Madagascar, dont des officiers supérieurs malagasy, devaient appuyer l’opération militaire menée par ce groupe de commandos. D’après le ministre de la Sécurité publique, parmi les six personnes déjà arrêtées, trois sont de nationalité étrangère et trois autres des nationaux.

    L’étau se resserre autour des suspects

    Lors de la perquisition du domicile d’un suspect, les forces de l’ordre ont également trouvé l’équivalent de 250.000 euros en espèces dans quatre valises, soit près d’un milliard d’ariary. A cela s’ajoute des armes de guerre avec des munitions ainsi que des documents compromettants.

    Quoi qu’il en soit, la police nationale et à la gendarmerie ont pris l’affaire en main. Le conseiller spécial du président a d’ailleurs as­suré que les suspects auront droit à un procès équitable. « Madagascar est un Etat de droit », a-t-il précisé, tout en notant que cette affaire n’entame pas à la volonté du pouvoir de poursuivre la marche vers le développement. « Le pouvoir malagasy n’est pas fragile », a-t-il sou­tenu.

    En tout cas, cette affaire n’a pas laissé insensible les personnalités politiques qui ont tout de suite réagi (voir article par ailleurs). « Un attentat n’est jamais une solution et l’Etat de droit de ce pays ne l’accepte pas », a noté, à ce propos, l’ambassadeur de Suisse à Madagascar, Chas­per Sarott, en marge d’une visite auprès du président de la HCC.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.