Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Banque mondiale : 490 millions USD pour le développement socioéconomique

    Banque mondiale : 490 millions USD pour le développement  socioéconomique

    La Banque mondiale et l’Etat malagasy ont signé, hier au palais d’Iavoloha, quatre conventions de financement d’un coût total de 490 millions de dollars. La cérémonie fait suite au sommet pour la reconstitution des fonds de l’Association internationale de développement (IDA) qui a réuni les chefs d’Etat africains à Abidjan la semaine passée. 

    Au beau fixe. Les financements portent essentiellement sur la mise en œuvre de projets structurants censés impacter directement la population.
    Un financement de 40 millions de dollars vise à développer l’agriculture durable dans les régions Sava, Analanjirofo, Sofia et Boeny. La seconde convention qui porte sur l’extension du programme Pôle intégré de croissance (Pic) vers sa troisième phase, concerne l’appui au secteur du tourisme, à l’agribusiness et au développement numérique dans les zones d’intervention.
    Par ailleurs, la convention pour un financement de 200 millions de dollars soutient les projets routiers. Ce fonds permettra de remettre en état 1200 km de routes sur les RN2, 3A, 4, 5A, 7, 12, 25, 30, 30A, 34, 45 et 57.
    Et, la Banque mondiale a également octroyé un don de 100 millions de dollars au gouvernement malagasy pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 à travers le renforcement de la vaccination de la population. « Pour pouvoir reprendre une vie normale, la vaccination de façon équitable fera la différence», a annoncé Marie-Chantal Uwanyiligira, représentante de la Banque mondiale.

    Appui à la reprise

    A travers le fonds de l’IDA, la Banque mondiale a accordé un engagement de 1,1 milliard de dollars au profit de Madagascar. 22% seront utilisés dans le contexte de la crise sanitaire et 78% permettront d’appuyer la reprise économique.
    « Accélérer les réformes structurantes reste indéniable à la sortie de crise », a fait savoir Marie-Chantal Uwanyiligira. Avant de poursuivre que la reprise « ne se fera sans l’appui au secteur de l’économie ».
    A noter toutefois que le capital humain reste primordial pour la Banque mondiale. 2,5 millions de Malagasy bénéficient actuellement du programme de protection sociale financé par cette institution.
    Stabilité politique

    Pour sa part, le président Andry Rajoelina reste convaincu sur la mise en avant des projets structurants qui apportent un changement concret à la condition de vie des ménages. Le Chef de l’Etat a également insisté sur l’enjeu majeur de la stabilité dans le pays.
    « Pour atteindre une croissance à deux chiffres, il nous faut assurer trois élections présidentielles avec une alternance démocratique. La paix et la stabilité sont donc primordiales », a-t-il souligné.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.