Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Académie Malagasy: les œuvres d’Esther Randriamamonjy sur le tapis

Académie Malagasy: les œuvres d’Esther Randriamamonjy sur le tapis

A tout seigneur tout honneur. L’Académie malagasy organise une journée consacrée à Esther Rasoloarimalala-Randriamamonjy ce 29 juillet, à Tsimbazaza. 

Une bonne vingtaine d’académiciens se donneront à cœur joie en présentant les fruits de leurs recherches portant sur les écrits d’Esther Rasoloa­rimalala-Randriamamonjy. «Le programme se déroulera en quatre temps. Pour ma part, les discussions seront principalement axées sur les grandes lignes des poèmes qu’elle a écrits au fil de sa carrière riche et partageuse. Des œuvres toujours em­preintes d’humanité et de sensibilité et qui accordent une importance majeure à la foi, au créateur et à l’amour sous toutes ses coutures», souligne Tsikimilamina Ra­kotomavo, parmi les inter­venants à cette journée littéraire.
Grande dame de la littérature malagasy, Esther Ra­soloarimalala-Randriama­monjy a trempé sa plume dans des registres aussi variés que le roman, le conte, les nouvelles, la poésie, mais également des histoires pour la jeunesse. S’affirmant comme l’auteure la plus lue et la plus appréciée dans le champ de la littérature ma­lagasy, elle a notamment écrits des livres comme «Trano rava», «Ilay dinan’ny fitia» ou encore le célébrissime roman traduit du français «Ireo fadiranovana».
Les œuvres de cette écrivaine émérite sont toujours d’actualités bien que la ma­jorité d’entre elles datent de plusieurs dizaines d’années. Pas plus tard que lundi, un extrait du livre «Ho avy ny maraina», qu’elle a écrit en 1994, a donné matière à réflexion aux candidats au Brevet d’études de premier cycle (BEPC).
Toujours bon pied bon œil, l’auteure de 88 ans a participé au recueil «Nou­velles de Madagascar», qui a fait récemment l’objet d’une réédition chez Magellan & Cie.

Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.