Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ida Pfeiffer: Voyage à Madagascar (22)

Il est vrai qu’il n’a pas beaucoup de peine à les mettre et à les quitter ; comme ils sont en bois, il n’a pour s’en défaire qu’à les laisser tomber de son pied. Pourtant il porte aussi d’autres chaussures le dimanche ou en visite ; car il ne se sert de sabots que quand il vaque à ses travaux.

Quant aux étables, elles étaient encore beaucoup plus belles que celles que j’avais vues chez M. Muyskens, sur le sol desséché de la mer de Harlem. Elles se composent de longues et belles halles couvertes, reposant sur des piliers en bois. Une étable ne remplit réellement qu’à moitié l’office d’étable, car les animaux ne l’habitent que pendant l’hiver. Le 1er mai, on mène le bétail dans les prés, il y reste jusqu’au 1er novembre, et pendant ce temps l’étable sert au paysan comme d’habitation d’été. La halle est divisée, par des cloisons de plus d’un mètre de haut, en plusieurs pièces dans lesquelles la famille se tient toute la journée ; l’habitation proprement dite ne lui sert que pour y coucher. Les parois et les piliers de la halle sont richement décorés de belle porcelaine, d’assiettes, de plats et de canettes ; il y a même jusqu’à des tableaux. Les ustensiles pour le beurre et le fromage sont rangés avec le plus grand ordre dans différents compartiments. Tout brille et reluit, tout est propre et clair comme si l’on ne s’en était jamais servi. Nulle part on ne voit un grain de poussière, nulle part la moindre tache.

Le jour de notre visite à Brœk étant un dimanche, les habitants se trouvaient encore à l’église. Nous y allâmes pour les voir dans leurs habits de fête. Les hommes n’avaient rien de remarquable dans leur costume, mais ils étaient tous en général mis avec beaucoup de propreté et d’élégance. Les femmes, au contraire, portaient cette malheureuse coiffure que l’on trouve dans toute la Hollande du nord et qui ne se sert qu’à priver les femmes de leur plus belle parure, en cachant entièrement les cheveux.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.