Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Hasards de calendrier

Hasards de calendrier

Deuxième examen officiel de l’année, cette fois pour les candidats au BEPC. Les péripéties dues à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 n’ont donc pas complètement eu raison du calendrier des examens. Mais une fois de plus, le niveau de connaissances des élèves acquis durant cette année scolaire quelque peu raccourcie, se mesurera à l’aune des résultats. Et pour cause, la longue suspension des cours a encore une fois contraint tous les acteurs de l’éducation à revoir leurs copies en termes, aussi bien de programme que de méthodes. Et si on avait dit, vers le mois d’avril, que les dates prévues pour les deux premiers examens seraient maintenues, personne n’y aurait vraiment cru.
Sauf peut-être ces spécialistes ès critiques qui, comme d’habitude, ne se sont pas privés de s’égosiller sur le fait qu’un jour férié et chômé, celui de l’Eid Al Adha, inter­vienne la semaine du BEPC. Et même crié à l’absurdité.
A se demander s’ils avaient déjà prévu depuis le début de l’année, d’abord que l’association musulmane choisirait et confirmerait cette date. Ensuite que l’évolution de la crise sanitaire permettrait de garder, d’avancer ou de décaler la tenue de l’examen et, en cas d’ajournement, qu’aucune autre vague de contamination ne viendrait encore le reporter aux calendes grecques. D’ailleurs, si l’Exécutif s’était aventuré à prendre une autre décision, elle aurait également fait l’objet d’autres attaques.
Bien malin qui pourrait prédire comment se comportera ce variant Delta qui sévit désormais dans la plupart des pays. L’inquiétude grandit notamment quand les craintes d’un foyer épidémique se font ressentir au Japon, en marge des prochains Jeux olympiques, ou encore quand, en France, les autorités sanitaires craignent un «tsunami viral» de 60.000 à 120.000 nouvelles contaminations par jour d’ici quelques semaines.
Dans tous les cas, la situation épidémique prévalant sur la Grande île permet encore de vivre dans une certaine normalité, y compris de maintenir un calendrier d’examens presque normal. A espérer que cela dure.

N.R.

Les commentaires sont fermées.