Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : calendrier manara-penitra

Les épreuves du BEPC commencent aujourd’hui pour les élèves de troisième. Rien de surprenant : cela fait des mois que nous connaissons les dates des examens du CEPE, du BEPC et du baccalauréat. L’année dernière aussi nous avions été informés bien à l’avance. Le CEPE par exemple était prévu le 7 juillet. Le nombre de cas de covid-19 en avait décidé autrement. C’est ainsi que nous avions appris le 4 juillet que l’examen était reporté à une date ultérieure. La fin de la première vague aura finalement permis aux élèves de passer leurs examens en septembre. C’était important, au moins pour justifier le privilège qu’on leur avait accordé : reprendre les cours en mai et en juin.

En 2021, le covid-19 ne nous a pas épargnés. Confinés, nous savions déjà que les élèves des classes d’examen reprendraient les cours avant ceux des classes dites intermédiaires. Par intermédiaire, il faut comprendre cet intervalle moyen entre deux moments exceptionnels. On ne s’étonne pas que sauter une classe intermédiaire soit devenu un sport national.

En 2021, comme en 2020, nous avions appris bien avant l’heure les dates des examens dont on nous a ensuite répété à satiété qu’elles ne seraient modifiées sous aucun prétexte. 2021 est un bon cru puisque nous avons, une fois n’est pas coutume, le calendrier de la prochaine année scolaire avant la rentrée.Tout va bien dans le meilleur des mondes. Sauf que.

Les épreuves du BEPC commencent aujourd’hui et se poursuivent demain, jour férié, chômé et payé pour les travailleurs. Le 20 juillet est donc férié ? On l’avait tellement bien oublié qu’il aura fallu un rappel officiel : demain mardi, tout le monde sera censé ne pas travailler à l’exception des surveillants des épreuves du BEPC. Quant aux candidats du BEPC 2021, ils retiendront probablement cette incongruité dans le calendrier, bien plus que la fin de la deuxième vague de covid-19.

Comment a-t-on laissé passer cette énormité entre l’engouement pour le tout numérique et l’enthousiasme pour le manara-penitra ?

Les établissements catholiques ne s’y sont pas trompés : ils ont leur propre calendrier !

 

KembaRanavela

Les commentaires sont fermées.