Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Majorité silencieuse…

Majorité silencieuse…

Le climat politique s’échauffe. Tous les coups sont permis. Et, malgré les vagues de critiques, le président et le gouvernement maintiennent le cap et n’accordent pas trop d’importance aux agissements politiques de l’opposition. Seulement au moment où l’Exécutif a besoin du soutien de ses députés à l’Assemblée nationale, la majorité d’entre eux semblent se défiler alors qu’ils affirment être proches du pouvoir.
Tour récemment, la présidente de l’Assemblée nationale a indiquée que 108 des 151 députés de la Chambre basse sont acquis à la cause du pouvoir en place. Mais ces derniers temps, très peu d’entre eux ont osé tenir tête à l’opposition et répondre à de fausses accusations ainsi qu’aux allégations mensongères contre le régime. Les députés de l’IRD sont devenus la majorité silencieuse.
Toutefois, quand il s’agit de revendiquer leur intérêt personnel, ces mêmes élus défilent toutes les litanies des saints, quitte à menacer le gouvernement de motion de censure. Au moment où le régime a besoin d’eux, ils se murent dans le silence, faisant fi même des consignes de parti. Parfois, on a l’impression que seuls la Présidence et le gouvernement se trouvent sur le champ de bataille politique faisant croire à l’opposition qu’entre les pouvoirs exécutif et législatif, rien ne va plus.
Depuis le début de la crise sanitaire, l’Etat est sur tous les fronts de l’épidémie. Le Covid-19 n’est pas encore vaincu que déjà un autre virus politique annonce sa résurgence. Pas vraiment virulent ni contagieux, car ce n’est pas pour la première fois que ce coronapolitique a tenté de se propager, mais en vain. Ses mouvements successifs ne faisaient pas de vague. D’ailleurs, le régime semble être immunisé, sauf quelques députés qui se laissent intimider. Certes, ils n’ont pas perdu leur odorat, mais autant dire qu’ils ont perdu leur langue.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.