Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Potentiel uranifère: des opportunités à exploiter pour Madagascar

Potentiel uranifère: des opportunités à exploiter pour Madagascar

A l’instar des gisements de pétrole et de gaz, il est prouvé que Madagascar dispose également de gisements d’uranium. Ces ressources sont localisées dans quatre zones principales à savoir Antsirabe, Taolagnaro, Folakara et Makay, selon l’Office des mines nationales et des industries stratégiques (Omnis). Des opportunités à exploiter.

Lors des conférences-débats organisées par l’Omnis à l’occasion de son 45e anniversaire, le sujet du potentiel uranifère de Madagascar n’a pas laissé indifférents les participants. Les gisements d’uranium à Madagascar sont actuellement localisés dans quatre principales zones : Antsirabe – Faratsiho – Itasy (zone centre et centre-ouest) ; Folakara (zone nord-ouest), Makay (zone sud-ouest) et Tra­no­mora (zone sud).
Depuis 2005, de nombreuses sociétés se sont lancées dans la prospection de l’uranium, notamment, la société Atomique Mada­gas­car qui a assuré la prospection dans quatre sites dans le sud et a détecté la présence d’uranium de haute qualité dans le gisement de Tra­no­mora, au nord-ouest de Tao­la­gnaro.
Plusieurs sociétés étrangères (canadiennes, israéliennes, sud-coréennes, britanniques et australiennes) se sont déjà présentées en 2007 à Madagascar afin de mener des prospections. La société australienne RIR Uranium a même entrepris des travaux d’exploitation mais ces derniers n’ont pas abouti, notamment à cause de la crise politique survenue deux ans plus tard.

L’uranium, valeur en hausse

La valeur de ce minerai n’a cessé d’augmenter ces dernières années, suite aux fortes demandes d’énergie sur le marché. S’il reste loin des prix enregistrés entre 2007 et 2011, l’uranium connaît une petite embellie, après avoir stagné entre 25 et 30 dollars la livre pendant plus de cinq ans. Il est notamment passé de 18,1 dollars la livre en novembre 2016 à un pic de 34 dollars la livre en mai 2020, pour se négocier au mois de mai à environ 32 dollars.
L’amélioration n’est certes pas encore décisive pour tous les acteurs, mais d’autres signaux militent en faveur d’une reprise des opérations à Langer Heinrich, la mine d’uranium de Paladin Energy en Australie. Il s’agit du retour en grâce du nucléaire constaté depuis quelque temps et surtout de son intégration dans les plans des Etats pour réussir la transition énergétique et mener à bien la révolution verte.
Une aubaine donc pour Madagascar. Mais les experts recommandent que la Grande île doive d’abord se doter d’un cadre juridique et législatif fort de manière à prévenir les risques de contaminations radioactives de la filière.

Arh.

Les commentaires sont fermées.