Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Conjoncture économique: la reprise compromise par la deuxième vague du Covid-19

    Conjoncture économique: la reprise compromise par la deuxième vague du Covid-19

    Le monde entier espère vraiment une reprise économique cette année, après la crise sanitaire de l’an passé. Mais les perspectives de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) publiées dans sa dernière « Note de conjoncture économique » laissent entrevoir que la reprise économique attendue cette année 2021 « pourrait être ralentie par la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 ».

    Selon les premiers résultats de l’Enquête de conjoncture éco­no­mi­que (ECE), réalisée par la BFM au cours du mois d’avril auprès des entreprises et banques territoriales, « en comparaison avec le quatrième trimestre de 2020, les activités économiques ont ralenti sur le premier trimestre », à cause des « effets combinés d’une baisse saisonnière habituelle au premier trimestre et des impacts de la résurgence de l’épidémie », selon les explications fournies par l’Institu­tion.
    De l’avis des entreprises enquêtées dans cette étude, « l’ampleur de cette deuxième vague du Covid-19, mais aussi la résilience du pays » détermineront les perspectives de croissance.
    Par ailleurs, les prévisions du Cadrage macroéconomique liées au nouveau programme sur la Facilité élargie des crédits avec le Fonds monétaire international (FMI) indiquent une « croissance de la production de +3,2 %, après un repli de 4,2 % en 2020 ». « Elle serait essentiellement tirée par le secteur secondaire (+4,9 %, contre -16,0 % en 2020) – dont les industries mi­nières (8,1 %) et la branche des énergies (5,0 %) -, et le secteur tertiaire (+2,8 %, contre -1,1 % en 2020). Cependant, le tourisme et le transport pourraient freiner la dynamique des activités de services. Pour le secteur primaire, une croissance de la production agricole de 2,6 % est espérée en 2021, contre +2,0 % en 2020 », note la BFM.

    Grandes incertitudes
    « Pour les prix, les réalisations de mars 2021 montrent que l’inflation reste contenue. La variation annuelle de l’Indice des prix à la consommation (IPC) a été de 5,1 %, contre 4,2 % à la même date en 2020 », indique en outre cette Note de conjoncture économique. La hausse de l’IPC riz – avec une évolution annuelle de 8,0 %, après 1,1 % un an plutôt – explique en partie le relèvement de cet indice.
    « Toutefois, l’inflation sous-jacente, excluant les composants riz et énergie décélère. L’IPC sous-jacent s’est accru de 4,7 %, après 5,8 % en mars 2020 », indique-t-on. L’apparition de nouveaux variants du coronavirus conjuguée avec l’évolution des prix des matières premières, la capacité d’ajustement de l’économie dans la situation actuelle et les caractéristiques spécifiques de l’économie, détermineront la vitesse de redressement.
    Et selon toujours la BFM, « Malgré l’apparition de nouveaux variants du Covid-19 et avec la perspective de vastes campagnes d’immunisation, l’économie mondiale est prévue être en croissance de +6,0 % en 2021 contre une contraction estimée à 3,3 % pour 2020 ».

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.