Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: La réponse du berger à la bergère

Visiblement, un combat à double tranchant. Face aux critiques acerbes de l’opposition, à tout bout de champ, Andry Rajoelina et son équipe doivent jongler entre la gestion de la crise sanitaire et la réalisation de la promesse présidentielle porteuse de développement. Ils doivent mener deux combats de front. Pas contre l’opposition, contrairement à ce que pensent les partisans de Marc Ravalomanana, car pour le régime, l’heure n’est pas à la guéguerre politique et aux débats futiles. Récemment, Andry Rajoelina a déjà offert la réponse du berger à la bergère. « Nous avons un ennemi commun à combattre, le Covid– 19 », a-t-il bien souligné.

Majoritaire au sein du Sénat, de même à l’Assemblée nationale, politiquement parlant pour le régime, le contexte ne mérite pas qu’on s’y attarde. Bien soutenu par deux socles solides, l’Exécutif a toutes les cartes en main pour donner un coup d’accélérateur au processus du développement qui malencontreusement entravé par l’épidemie de coronavirus. Pour dire que l’urgence est ailleurs et elle est sanitaire, quitte à déployer l’artillerie lourde, au lieu de tergiverser…il y a de quoi à perdre son latin.

Et contre vents et marées, au sens propre comme au figuré, le chef de l’Etat est sur tous les fronts. La lutte contre l’épidémie fait rage, mais le développement du pays ne devrait pas être laissé de côté, comme partout ailleurs dans le monde. Et, vu les projets déjà entamés et à venir, pas besoin de s’interroger si le régime actuel arrive à boucler son mandat. Là n’est pas la question même si le coronavirus lui joue des tours.

Tout le monde est sur le pied de guerre, sauf l’opposition qui mène son propre combat en tentant de se camoufler dans la crise sanitaire. A vrai dire, l’opposition veut atteindre le régime par le biais du Covid-19. Jusque là, elle a fait chou blanc. Mais, gestion de la crise, politique de développement, vaccin  contre l’épidémie, tous les sujets sont bons pour les polémiques, alors que l’Etat appelle à la solidarité nationale.  Sur « Miaramanonja », la désobéissance est le mot d’ordre.

Sans conteste, l’Etat fait de la lutte contre le coronavirus, une priorité, n’abandonnant pas à la population, à son propre sort.  Dans les régions, des centres de traitement mieux équipés sont mis en place. Là actuellement, la campagne de vaccination ciblée va pouvoir commencer. Ce n’est pas pour rien si Madagascar figure dans la liste des 12 meilleurs pays en Afrique et des 40 meilleurs dans le monde en matière de gestation de la crise Covid-19. La Grande île devance même la France et le Japon.

Ra.

Les commentaires sont fermées.