Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Gestion de la crise sanitaire: le gouvernement scruté de près

Gestion de la crise sanitaire: le gouvernement scruté de près

La gestion de la pandémie et ses conséquences socioéconomiques fera, à coup sûr, l’objet d’une
évaluation par le Chef de l’Etat.

Alors que l’évaluation des membres du gouvernement avait fait l’objet de nombreuses supputations en janvier dernier, l’Exécutif a finalement choisi de reporter celle-ci à une date ultérieure. Après une mini-crise politique liée à la tentative de l’opposition de descendre dans la rue, c’est aujourd’hui face à la crise sanitaire que le gouvernement doit montrer son efficacité. Les actions de chaque membre du gouvernement sont passées au crible.
En effet, à la lecture des propos du président de la République, en marge de la prestation de serment du nouveau DG du Samifin, mercredi dernier, le gouvernement ne serait pas à l’abri d’une éventuelle retouche. Il a souligné que chaque ministre est jugé pour sa prise de responsabilité face à la crise sanitaire actuelle. «Chaque région dispose d’un ministre coach dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19. Nous verrons donc lesquels de ces membres du gouvernement ont réussi dans la tâche qui leur a été confiée», a-t-il déclaré. Le contexte actuel permet ainsi aux deux ténors de l’Exécutif de suivre de près l’efficacité de chaque membre du gouvernement à travers leurs responsabilités respectives.

Mobilisation
Au début de cette deuxième vague de Covid-19, à titre de rappel, le Conseil des ministres a donné une consigne à chaque membre du gouvernement afin qu’il se mobilise dans la lutte contre cette épidémie. Depuis, les ministres multiplient les descentes sur terrain. Citons entre autres le cas du ministre de la Justice, qui s’est récemment déplacé dans la région Amoron’i Mania, et celui de la Santé publique, en première ligne, qui multilplie les descentes pour s’enquérir de la situation dans chaque Centre de traitement du Covid-19 (CTC-19). Il en est de même du premier ministre et du ministre des Affaires étrangères qui se sont déplacés dans la région Sofia. Empêtrés dans des polémiques avant la deuxième vague de l’épidémie, d’autres ministres ont par ailleurs choisi de rester en retrait de l’actualité politique. Alors que durant la première vague, plusieurs d’entre eux se sont mobilisés pour la distribution des aides sociales et des équipements. Cette fois, ce n’est plus le cas.
A part la lutte contre le Coronavirus, la gestion des conséquences de la crise sanitaire, notamment sociales, fera sûrement partie des sujets sur lesquels chaque ministre sera également évalué. C’est le cas par exemple du prix du riz sur le marché, qui n’a cessé de grimper depuis la fin de l’année, et l’approvisionnement en eau et en électricité que la Jirama ne maitrise pas encore totalement. A ce sujet, le président de la République avait prévenu les responsables à la suite des plaintes rapportant des cas de panne de courant dans les CTC-19. La gestion de la suspension des vols internationaux dans un contexte extrêmement tendu, à la lecture des réactions sur les réseaux sociaux, a également porté un sérieux coup à l’équipe gouvernementale. Il apparaît, du reste, que certains ministres sont plus exposés que d’autres dans la gestion de l’épidémie.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.