Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Matière à réflexion

Matière à réflexion

Les circonstances sanitaires actuelles dans le pays ne sont pas sans rappeler les propos du Christ à Thomas l’incrédule, «Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru». En effet, ce n’était qu’après avoir vu le «cas indien» sur cette maladie via les séquences vidéo émises par le journal télévisé des chaînes internationales et sur les réseaux sociaux, que la plupart des Malagasy qui minimisaient jusqu’ici la situation sanitaire par rapport au Covid-19, ont réellement compris la gravité de la situation.
Il fallait le voir pour croire, pour certains qui s’évertuaient jusqu’ici à considérer que le fait de porter un masque, d’utiliser du gel hydroalcoolique tout en observant la distanciation sociale, est déjà en soi une protection. Mais ce «constat de visu», renforcé par les va-et-vient incessants des ambulances dans les rues de la capitale depuis un certain temps et qui constituent aussi des signaux d’alerte, auront peut-être suffi à instruire l’esprit de ces imprudents qui, depuis ces deux ou trois derniers jours, ont observé sérieusement les mesures barrières imposées par les autorités.
En tout cas, suite à cette subite prise de conscience après visionnage du cas indien sur la pandémie de coronavirus, les «nouveaux conscients» se posent des questions. Entre autres, concernant le récent débarquement d’un avion à Ivato avec des passagers, soi-disant des diplomates, alors même qu’on est en pleine recrudescence de divers variants du virus (indien, sud-africain, brésilien…). Une circonstance qui, à plus d’un titre, est assimilée à une forme (grave) de non-respect des mesures barrières de la part des autorités, eu égard notamment à la fermeture de nos frontières à l’international. Matière à réflexion…

Elia R.

Les commentaires sont fermées.