Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ampandrana Antaninandro: découverte de deux cadavres en décomposition

Ampandrana Antaninandro: découverte de deux cadavres en décomposition

Découverte macabre, lundi à Ampandrana Antaninandro où l’on a trouvé les cadavres en décomposition d’un couple à son domicile. 

En fait, c’est l’odeur nauséabonde qui se dégageait de la maison verrouillée de l’intérieur qui a alerté le voisinage, lequel a par la suite prévenu la police. Les agents du commissariat de police du 3e arrondissement se sont ainsi rendus sur place pour activer les investigations. Etant donné que les éléments des forces de l’ordre pressentaient qu’il pourrait s’agir d’une découverte macabre, la Brigade criminelle (BC) a pris le relais.
Une fois la maison déverrouillée, les limiers ont pénétré à l’intérieur pour y découvrir, d’abord le corps d’une femme allongée sur un lit, avec un sachet autour de son cou, et celui d’un homme pendu au-dessus d’un escalier. Les deux dépouilles étant déjà en décomposition avancée, il a été difficile de localiser avec certitude les blessures ou de trouver des indices probants susceptibles de déterminer les causes exactes des décès. Il apparaît cependant que la mort du couple remontait déjà à quelques semaines. Selon une source auprès de la BC, les premiers éléments de l’enquête semblent privilégier la thèse de l’assassinat de la dame, suivi du suicide du mari.
Le sachet autour du cou de la femme tendrait à supposer être l’arme du crime, comme quoi la défunte (âgée de 45 ans, soit dit en passant), aurait été étranglée par son mari âgé de 62 ans qui se serait par la suite donné la mort par pendaison. En tout cas, même les médecins légistes ont eu du mal à autopsier les corps, a-t-on appris auprès du BMH qui s’est chargé de transporter les cadavres à la morgue du CHU JRA. Les investigations se poursuivent. D’ap­rès des informations re­cueillies auprès d’une autre source policière, le couple n’aurait plus donné signe de vie depuis le 16 mars, jusqu’à ce jour où l’on a fini par les découvrir suite à cette odeur nauséabonde émanant de leur domicile qui a alerté tout le quartier…
Un drame similaire jusqu’ici non encore élucidé, est survenu dans ce même arrondissement, il y a de cela quelques mois. Une directrice de banque âgée de 43 ans et sa cousine de 62 ans, ont été retrouvées mortes chez elles à Ankaditapaka nord, à la fin du mois de décembre de l’année passée. Les investigations ont permis de savoir que les deux femmes ont été victimes d’un meurtre odieux dont l’arme du crime a été retrouvée sur les lieux, lors de l’inspection de leur domicile. Malgré les efforts et les moyens dé­ployés par les enquêteurs pour retrouver les meurtriers, ces derniers courent toujours.

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.