Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Le supplice de tantale

Le supplice de tantale

Sur Miara-manonja, l’Opposition se délecte encore de sa liberté d’expression et de parole outrageante. A tout va, elle ne mâche pas ses mots et dit tout ce qui lui passe par la tête. C’est du dénigrement systématique à l’égard du régime. Le sport favori de la députée Hanitra Razafimanantsoa et compagnie qui jusqu’à maintenant, ne mène à rien. Et, à force de brosser une critique acerbe et virulente, elle sombre dans la démesure. Comme s’ils sont condamnés à s’opposer et ne savent faire rien d’autres.
Et, ils croyaient dur comme fer à un moment donné que cette crise sanitaire mondiale allait être politique à Madagascar. Une aubaine à ne pas manquer pour assouvir leur soif de pouvoir dans la rue, à l’ère du Covid-19 qui ne peut être jamais un meilleur allié. Mais, en voulant surfer sur les vagues du coronavirus, ils ont été coupés court dans leur élan pour la simple raison que la population n’est plus dupe et voit dans leur agissement bien d’autres choses.
Le retour inconstitutionnel de Ravalomanana au pouvoir avant la prochaine élection présidentielle est très improbable voire impossible, sous cette allure. A chacun son combat et celui contre l’épidémie mené par le peuple et le pouvoir actuel est plus important et vital que la revanche politique sans vergogne.
Il y a d’autres chats à fouetter que de soucier de l’avenir politique de Ravalomanana et de propulser l’opposition sur le trône, au moment de la guerre contre l’épidémie. Tout le monde voit clair dans leur jeu. D’ailleurs, ce n’est pas d’hier que l’opposition tire à boulets rouges sur le régime et souhaite son déclin. A coup sûr, elle va encore dépenser sa salive à l’antenne comme elle sait fort bien le faire. Les dénonciations calomnieuses vont continuer de plus belle, mais qui comme d’habitude, sont loin d’avoir eu l’effet escompté.

Andry Rabeson

Les commentaires sont fermées.