Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Nouveau LITS à Madagascar: première table ronde des acteurs privés de la filière bovine

Nouveau LITS à Madagascar: première table ronde des acteurs privés de la filière bovine

Les travaux d’opérationnalisation du nouveau système d’identification et de traçabilité du bétail de Madagascar (Livestock identification and trace-back system – LITS) font leur chemin. Ce projet pilote consiste à surveiller le mouvement de 100.000 têtes de bovins dans les régions Anosy et Androy.

Le 13 avril, le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep) a entamé les le démarrage du projet avec les acteurs publics. Et, étant donné que ce système touche directement les acteurs du secteur privé œuvrant les abattoirs, les coopératives et vétérinaires privés, ces derniers ont tenu hier une table ronde en ligne afin d’identifier les préoccupations et priorités communes ainsi que de proposer des pistes de réflexion en vue d’améliorer et pérenniser la filière.
L’alimentation animale, le suivi sanitaire des cheptels, la vaccination, la gestion de l’eau et des ressources de manière durable, la préservation et l’amélioration des races bovines malagasy incluant la gestion actuelle de reproduction ciblée, la sécurité liée à la fi­lière, sont autant de thèmes abordés durant ce dialogue facilité grâce à la Société financière internationale (SFI) du groupe de la Banque mon­diale.
Par ailleurs, les participants ont en particulier touché un mot au sujet de la compétitivité du label malagasy au niveau international en cas d’exportation. Ces membres du secteur privé font surtout appel «à la levée de l’interdiction d’exportation» au profit du professionnel d’élevage.

Perspectives communes

Le système actuel d’identification du bétail repose encore sur le papier. Des paperasses difficiles d’accès au niveau des zones reculées, facilement falsifiables, mais surtout inefficaces pour suivre et contrôler les mouvements du bétail. Mais pour sa part, le nouveau LITS permet tant le suivi physique que sanitaire des troupeaux.
Aussi primordiale que les activités du projet elles-mêmes, cette étape de consultation permet de recueillir les avis de toutes les parties prenantes, de formuler une perspective commune et d’aboutir à un consensus indispensable à la mise en œuvre de la réforme. En effet, la consultation de tous les acteurs impliqués dans une filière fait partie de la démarche de l’Etat et du Maep pour une gouvernance effective des affaires publiques.

Arh.

Les commentaires sont fermées.