Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mercredi des idées en goguette: Week-ends atypiques

A travers la région Analamanga épicentre actuel de l’épidémie de Covid-19, le pays expérimentera pour la première fois un confinement total le temps de deux week-ends. L’enjeu sera une nouvelle fois de freiner la courbe ascendante des contaminations.

Les activités sociales et économiques autorisées suivent leur cours normal pendant la semaine pour s’interrompre les samedi et dimanche.

Mais en attendant le premier confinement hebdomadaire, et au lendemain de l’annonce faite par le président de la République, force est de constater que la circulation s’est quelque peu allégée dans la capitale. Sans doute une prise de conscience quant à la gravité croissante de la situation sanitaire s’est-elle opérée ? Il faut d’ailleurs rappeler au souvenir des cancaniers qui  qui n’ont trouvé, depuis un an, rien de mieux que de resservir à tout va le fameux “le virus ne sort donc que les week-ends”, que la décision est assortie d’autres mesures déjà prises auparavant pour les jours normalement ouvrés. Ainsi, pour ceux-là qui n’ont retenu que ce qui les arrange, à resouligner notamment que les toutes écoles et universités demeurent fermées, que les marchés hebdomadaires sont suspendus et que le télétravail est fortement recommandé pour les entreprises qui en ont la possibilité. Le tout pour casser la chaîne de transmission du virus.

A cela s’ajouteront dorénavant les fins de semaine confinées. Avec pour objectif de mettre fin aux attroupements sur les lieux publics, les rassemblements dans les cercles privés, y compris dans les lieux de cultes. Pour se faire une petite idée des possibilités de contacts et d’interactions humaines malgré les ajustements déjà opérés ces dernières semaines et les jauges maximales de 100 ou 200 personnes depuis le retour de l’état d’urgence sanitaire, les offices religieux pouvaient encore facilement mobiliser des centaines de fidèles les jours de culte puisque certaines confessions en ont en moyenne organisé trois ou quatre pendant la journée. Sans compter que les week-ends constituent généralement des occasions propices aux réunions familiales et beuveries entre amis.

Si tout se passe bien, le nouveau dispositif mis en place aura donc pour vocation de réduire, sinon de mettre un terme aux contaminations dans ces différents milieux.

Sens des priorités

Tout ce qui se décide ne fera jamais l’unanimité. C’est dans l’ordre normal des choses. Il est pourtant de ces réactions qui naviguent totalement à contre-courant de la lutte anti-Covid, en l’occurrence celle de certains acteurs de l’éducation pour qui les deux dernières années scolaire ont été complètement anéanties, le niveau des élèves a dangereusement baissé étant donné que les passages en niveau supérieure ont été bradés. Et eux de brandir la menace de mesures particulières si jamais la suspension des classes est reconduite. Une reprise forcée pour favoriser la transmission en milieu scolaire ? Tout comme les transporteurs des zones régionales du Fasan’ny Karana il y a quelques semaines, ils ont également exigé que les autres secteurs d’activités cessent de tourner, eux-mêmes ne pouvant pas travailler. Bref, on en est là en ce moment : à se tirer vers le bas. Faudrait-il dès lors s’étonner si, à un moment donné, tout le monde touchait le fond ?

Certains ne semblent également connaître la notion de priorité que lorsqu’il s’agit de faire le procès des autorités. On se souviendra encore en l’occurrence des invectives contre la municipalité d’Antananarivo à l’annonce de la l’apparition prochaine de nouveaux types de bus et des “est-ce plus important que d’acheter des bouteilles d’oxygène ?”. Et peu importe qu’il ait été maintes fois longuement expliqué que la commune ne fera aucun investissement pour acheter de nouveaux véhicules mais que ce sont les opérateurs déjà en activité qui se mettraient aux normes, et surtout que l’initiative s’inscrit aussi dans la lutte contre l’épidémie, l’entêtement dans l’ignorance semble avoir la peau dure.

Quoi qu’il en soit, les mesures actuelles sont ce qu’elles sont pendant au moins deux semaines. A chacun de respecter au mieux le dispositif de sécurité sanitaire mis en place pour faire reculer l’épidémie. Il n’empêche que certains subodorent le fait que ce confinement total décrété pour les week-ends n’est que le commencement, le prélude à un confinement étendu aux autres jours de la semaine. De toute manière, en cas d’échec, il n’y aura guère d’autre choix que de passer à cette prochaine étape.

 

N.R.

Les commentaires sont fermées.