Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Henry Douliot: journal du voyage fait sur la côte ouest de Madagascar (113)

16 janvier 1892, midi, 32° à l’ombre. – Je suis brusquement réveillé de ma sieste par mon fidèle Tsialola. « Quelle nouvelle ? — La guerre. Fandrihóña, prince du village d’Ambararata, qui est situé à l’est du Demoka-maty, vient d’arriver avec une armée. L’armée est là, de l’autre côté de l’eau, sur la pointe de sable. — Combien d’hommes ? — Au moins quarante. Alidy m’envoie prévenir les blancs de se tenir prêts et voudrait avoir un peu de vin. »

Tout pour lui est prétexte à demander du vin. Les femmes font leurs paquets et quittent l’île de Maintirano, s’en allant avec les enfants dans un petit village plus au nord. Alidy réunit tout son monde. Il a environ trente hommes à Maintirano, et cinquante viennent d’Andemba. L’antsiva1 sonne de tous les côtés. On ne rencontre plus dans le village que des hommes armés, et les beaux lambas d’indienne aux brillantes couleurs sont remplacés par les kaniky bleu indigo.

Alidy ne veut pas que quarante hommes débarquent d’un seul coup ; ces masikoro2 mettraient son île au pillage et incendieraient les maisons pour voler les marchandises. Si Fandrihóña désire lui faire une visite, qu’il vienne avec deux ou trois hommes, on le recevra et on lui donnera ce qu’il désire ; sinon, c’est la guerre et l’on est prêt à le recevoir. Comme la lune est dans son plein et qu’à minuit la mer sera basse, ils tenteront probablement de traverser à gué le petit bras qui sépare l’île du banc de sable. Que personne ne dorme : voilà la consigne.

17 janvier, 6 heures du matin, ciel couvert, 28°. – Je suis brusquement réveillé par mon fidèle Tsialofa. « Quelle nouvelle ? — Aucune. — Et la guerre ? — L’ennemi est parti. » Et c’est ainsi qu’on fait la guerre à Maintirano. Pour fêter la paix, Alidy demande du vin. Je lui envoie mon avant-dernière bouteille.

20 janvier 1892. – Il faut environ une heure et quart en pirogue à balancier pour se rendre de Maintirano à Andemba. On remonte le cours sinueux du bras de l’Andemba qui se jette dans la mer au nord de Maintirano.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.