Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Contexte Covid: vente morose pour les linceuls

Contexte Covid: vente morose pour les linceuls

Contrairement à ce que l’on pense, le contexte Covid-19 n’arrange pas les vendeurs de linceuls. D’après un commerçant du côté du CHU JRA Anosy, «Les affaires ne marchent pas très bien, même si on enregistre une légère hausse des ventes ces derniers jours par rapport à l’année dernière (…) On réalise de meilleures ventes durant la période de retournement des morts («Famadihana»)», a –t-il déploré.

A entendre ces marchands, la majorité des gens n’achètent plus que des suaires de moindre qualité, en particulier le «Lambatavoahangy», un tissu à base de fibre de nylon, vendu à 10.000 ariary la pièce. «Envelopper un mort uniquement dans ce genre de tissu, c’est comme le faire porter la doublure d’un costard», a indiqué l’un d’eux, manifestant au passage son chagrin, vu l’importance que les Malagasy accordent à leurs morts, en guise de dernier hommage.

Les «lambamena» sont accessibles à toutes les bourses en fonction de leur qualité, mais l’effritement du pouvoir d’achat des Malagasy en cette période de crise, la profanation des caveaux familiaux, les croyances religieuses, entre autres, sont autant de raisons qui poussent les gens à réduire autant que faire se peut, les dépenses liées aux funérailles.

Le prix des linceuls varie selon leur qualité, de 10.000 à un million d’ariary. Ceux en soie naturelle sont plus chers, à partir de 300.000 ariary.

Métier à risque

Malgré tout, la majorité des vendeurs de linceuls ne comptent pas changer de métier qui comporte actuellement des risques de contamination, car «La majorité de nos clients actuels sont des proches d’une personne décédée à cause du coronavirus (…) Submergés par leurs deuils, ils oublient souvent de respecter les mesures sanitaires de base, notamment la distanciation sociale», ont fait savoir nos interlocuteurs.

Sera R.

Les commentaires sont fermées.