Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Attention aux rumeurs…

Attention aux rumeurs…

Aussi bien le Covid-19 que les rumeurs qui l’accompagnent, circulent à vive allure. De jour en jour, le nombre de malades et de morts augmente. Partout, les hôpitaux et salles de soins sont débordés, obligeant l’Etat à ouvrir d’autres centres de traitement pour faire face à l’afflux des patients. Devant les pharmacies et distributeurs d’oxygène, la file d’attente est longue. Et peu importe le prix à payer, on n’a pas vraiment le choix. On n’a qu’une seule vie. Les médicaments et les bouteilles d’oxygène sont pris d’assaut, quitte à se tourner vers le marché noir. Tel est actuellement le lot quotidien des malades et de leurs familles.

En dépit de cette scène presque inimaginable, il existe encore des personnes sceptiques face au Covid-19. Elles continuent à penser que le virus n’est qu’une invention pour faire fleurir le business des vendeurs de gel hydroalcoolique et d’équipements médicaux. Certains y croient quand même, et affirment que c’est une maladie qui ne touche qu’une certaine catégorie de personnes. Le pire est que de bouche à oreille ainsi que sur les réseaux sociaux, ces rumeurs circulent vite au sein de la société.

Des idées fausses qui ont laissé une partie de la population dans l’ignorance depuis plus d’un an. Il ne faut pas s’étonner si le taux de contamination monte en flèche. Certains continuent encore à minimiser cette épidémie. Bien que certaines personnes paraissent relativement en bonne santé, cela ne signifie pas pour autant qu’elles ne portent pas le virus et ne sont pas contagieuses.

Cela fait déjà une année entière qu’on en parle, mène des actions de sensibilisation. A l’échelle internationale, le nombre de morts se compte par milliers. Le monde est asphyxié. Mais à Madagascar, il y en a des gens qui ne portent pas leur masque délibérément et crachent sans gêne dans la rue.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.