Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Plateforme de l’enseignement privé : “La fermeture des écoles n’est pas une option obligatoire”

Plateforme de l’enseignement privé : “La fermeture des écoles n’est pas une option obligatoire”

Le spectre d’une année scolaire 2020 perturbée par le Covid-19, plane à nouveau. Toutes les écoles ont été fermées pour 15 jours depuis le 5 jusqu’au 18 avril. Et au vu de l’évolution de la situation qui reste préoccupante, on se demande si le président de la République va prolonger l’état d’urgence sanitaire y compris la fermeture des écoles. De leur côté,  les établissements scolaires privés et catholiques préparent déjà la rentrée prévue ce lundi.

Que va dire Andry Rajoelina ce samedi ? L’état d’urgence sanitaire sera-t-il prolongé, impliquant dans cette optique le maintien des mesures déjà prises comme la fermeture des écoles ? L’année dernière, les conséquences du Covid-19 sur l’éducation ont été désastreuses. Et, tous les acteurs du secteur sont déterminés à tout faire pour ne pas en arriver là.

En tout cas, depuis le début de cette semaine, les réunions des profs se suivent et se ressemblent dans les établissements privés. Malgré les menaces, ” les établissements privés, confessionnels et non, se préparent d’ores et déjà à la reprise des cours, prévue le 19 avril, après trois longues semaines de vacances”, a noté hier, le Président national de l’Association des instituts laïcs pour l’éducation (Aile), Célin Rakoto­malala.
Pour ce dernier, qui parle au nom de la Plateforme de l’enseignement privé, «La suspension des cours ne constitue plus une meilleure option, surtout durant ce troisième trimestre de l’année scolaire, dernière ligne droite avant les examens de passage et les examens officiels qui auront lieu dans moins de trois mois, soit au mois de juillet, notamment pour le CEPE et le BEPC».
Un avis partagé par le directeur national de l’éducation catholique (Dinec), le Père Jules Ranaivoson qui a indiqué qu’«en appliquant les protocoles sanitaires établis par le ministère de l’Education nationale (Men), on peut éviter la suspension de l’enseignement. Dans ce sens, des aménagements, aussi bien en termes de l’emploi du temps que d’infrastructurel, en vue de respecter les mesures de distanciation sociale, sont prévus en fonctions de la réalité dans chaque établissement».
Réticence des parents

Pour certains parents, Ce n’est pas encore le bon moment de renvoyer les enfants a l’école, surtout que le nombre de nouvelles contaminations et de décès montent en flèche”, a souligné une mère de famille. A ce propos, “Les parents sont libres de choisir s’ils veulent ou non renvoyer leurs enfants à l’école”, a souligné le Père Jules Ranaivo­son. Cependant, la reprise des cours ou non dépendra de la prochaine déclaration du président de la Répub­lique, ce week-end.

Plan B

Pour faire face à une éventuelle prolongation de la fermeture des écoles, des établissements scolaires se préparent déjà au plan B, en reproduisant des supports numériques des cours ou encore des devoirs à ramener chez soi. Le cas échéant, le Président national de l’Aile, tout comme le directeur de la Dinec sollicitent une fermeture ciblée. Les écoles situées dans les zones moins touchées devraient rouvrir.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.