Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

De l’irresponsabilité

De l’irresponsabilité

Faut-il en rire ou en pleurer ? Tout juste quelques heures après la déclaration du président de la République, les annonces des forces de l’ordre ou encore en dépit des recommandations d’autres responsables, certains endroits ont été bondés de monde pour le lundi de Pâques. Une partie de la population de la capitale et de ses environs ou encore à Toamasina, ont choisi de braver le virus pour profiter d’une journée ensoleillée. Des embouteillages ont été même notés en divers endroits des routes nationales, comme si nous n’étions pas en période d’état d’urgence sanitaire. Voilà comment l’irresponsabilité peut conduire tout droit à la perte.
Déjà qu’il est ahurissant de voir l’avenue de l’Indépendance noire de monde pour un lundi de Pâques où tous les signes du Covid-19 sont au rouge, mais c’est encore plus inquiétant qu’aucun responsable n’ait daigné empêcher cette sortie. Et pourtant, comme toutes les régions du pays, la capitale de l’Etat souffre de l’insuffisance de moyen au niveau des centres hospitaliers. Tout comme il est rare de trouver certains médicaments dans les hôpitaux. Pire encore, c’est purement et simplement une insulte aux professionnels de la santé qui ne lésinent pas sur les moyens pour faire leur boulot au quotidien. Et comme toujours, au final, ce sera encore une fois la faute à l’Etat si les contaminations venaient à monter de façon exponentielle.
Malheureusement, et c’est peu de le dire, c’est qu’avec cette pandémie, c’est la majorité qui souffre de l’irresponsabilité d’un groupe de minorité. Et c’est encore plus dommage. Il est indéniable que l’année écoulée n’a pas été facile avec l’arrivée de la pandémie, mais elle sera encore plus catastrophique si, dans la situation actuelle, certaines personnes se hasardent encore à jouer sur ce virus en minimisant les risques de contamination. Car comme il a été trop souvent dit, le Covid-19 ne se voit pas forcément sur le visage. Loin s’en faut.

J.P

Les commentaires sont fermées.