Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Stefana Sbirkova – General Manager du “Louvre Hôtel & Spa”: “Je pense que personne n’est prêt à un reconfinement”

Stefana Sbirkova – General Manager du “Louvre Hôtel & Spa”: “Je pense que personne n’est prêt à un reconfinement”

C’est la crainte de tous les opérateurs économiques, en ce moment : un reconfinement ou un couvre-feu. Ce serait une mort un peu plus prononcée du commerce, en particulier des restaurants et des hôtels… Car la recrudescence des nouveaux cas et des décès se poursuit et s’aggrave, avec un doublement du taux de positivité des tests, de 13% à 27% entre fin février et début mars (voir encadré pour les détails). Un indicateur très révélateur de la force d’une vague épidémique, qui avait atteint 50% en 2020 au pire moment… Alors, sommes nous sur le haut d’une vague moindre ou au début d’une pente funeste que nous allons continuer de gravir ?

En attendant que le futur réponde, Les Nouvelles se sont entretenues avec la directrice de l’Hôtel le Louvre, un établissement emblématique de la capitale depuis 20 ans, qui compte encore 80 employés ! Le confinement a été l’occasion de faire des travaux et de préparer un après… encore bien lointain. Entretien exclusif.

Avec la recrudescence des cas Covid-19, des rumeurs courent sur un éventuel retour à des restrictions. Etes-vous prêt à faire face à un reconfinement ou à un couvre-feu ?
Je pense que personne et encore moins, les hôtels et restaurants, n’est prêt pour un confinement. Ce que nous devons faire actuellement, c’est d’éviter au maximum la propagation. Je suis personnellement très stricte sur le respect des restrictions contre la propagation du Covid-19. L’ensemble du personnel a été formé là-dessus et nous respectons au mieux les gestes barrière.

Comment le Covid se traduit-il en chiffres pour votre établissement ?

Les nouvelles demandes sont inexistantes. Pour cette année, 90 % de nos réservations ont été annulées ou bien reportées. Pour l’année 2020, Le Louvre a fermé ses portes dès le début du confinement à Madagascar, c’est-à-dire en mars.
Comment avez-vous occupé ces mois ?

Nous avons profité de cette période pour faire des travaux et de la rénovation. On a voulu embellir notre restaurant et notre spa. Donc nous avons ouvert de nouveau nos portes en février, en cette année 2021, avec des innovations au sein de notre service, comme des offres plus compétitives pour le marché local.

Comment continuer à faire de l’argent en l’absence de tourisme ?

Je dirais avec le restaurant ! C’était d’ailleurs l’objet d’une partie des travaux. Nous avons créé un nouvel espace : le “Saint-Germain”, un endroit que je qualifierais de chic et moderne avec son décor haut de gamme et son bar convivial. Il propose une superbe vue sur les jardins intérieurs de l’hôtel avec une cuisine rénovée. Le Saint-Germain offre une nouvelle carte inspirée des cuisines du monde avec des produits locaux internationaux de qualité.

Nous disposons aussi de notre “coffee shop” dénommé “Citron Poivre” où vous pouvez prendre le petit-déjeuner dès 6h30 du matin, une salade ou tartine pour le déjeuner, et un thé ou autres gourmandises dans l’après-midi, tout en sirotant un cocktail accompagné de tapas à partir de 16 h.

En cette période de relance économique, comment visualisez-vous l’avenir pour le Louvre dans ce contexte ?

A l’instar des travaux, nous ne cessons jamais d’innover pour répondre aux besoins de notre clien­- tèle… et pouvoir maintenir nos emplois. Sans prétention, Le Louvre est l’hôtel quatre étoiles le plus prestigieux et le plus aimé par les Tananariviens depuis notre réouverture cette année, en février. Etant donné que les frontières restent fermées, 90 % de notre clientèle est locale. Et nous avons adapté nos offres aux besoins de ce marché. Tous nos collaborateurs sont heureux et plus que fiers de retourner dans le monde du travail.

Sur quelle tranche d’activité gagnez-vous de l’argent en fait ? Et comment se répartit la clientèle dans l’établissement ?

Je ne vous cache pas que l’hébergement est le service qui nous rapporte le plus d’argent, avant le restaurant et le spa. Mais comme actuellement, comme on le sait, l’hébergement tourne au ralenti pour ne pas dire inexistant, et c’est le restaurant qui prend le dessus. Et notre clientèle se compose de 50 % de touristes et à 50 % de gens qui sont en voyage d’affaires. Mais j’englobe aussi les agents des institutions internationales dans le groupe business…

Propos recueillis par Tiana Ramanoelina

La recrudescence du nombre de cas se poursuit et s’accélère…. La semaine du 5 mars au 12 mars, le pays a connu 638 nouveaux cas de coronavirus sur un total de 2 740 tests, soit 27% de positivité. Lors de la vague de 2020, le taux était donc monté à presque 50%, mais après, il était retombé à moins de 10%… Cette semaine-là, 19 personnes ont également perdu la vie… En comparaison, la semaine du 20 au 16 février avait vu l’apparition de 324 cas sur 2449 tests, soit 13%… et trois décès seulement.

Les commentaires sont fermées.