Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

L’autre partie de l’iceberg

L’autre partie de l’iceberg

La situation des universités s’est finalement arrangée après les grèves des étudiants qui ont défrayé la chronique. Mais si la question de bourses d’études est réglée, d’autres revendications estudiantines et pas des moindres semblent être ignorées. En effet, ces derniers manifestent également pour que leurs conditions de vie au sein des campus comme c’était le cas à Toliara, à Antsiranana et même à Toamasina, soient améliorées. Des points importants que les dirigeants successifs ont minimisés.

Et pour cause, les infrastructures universitaires sont vétustes et délabrées. Rien que pour le cas des cités universitaires, la majorité des bâtiments ont été construits durant la Deuxième République. Heureusement que les autorités de la Transition entre 2009 et 2014 ont bâti de cités universitaires répondant aux normes. Ce sont les mêmes dirigeants qui ont également pris l’initiative de construire de nouvelles universités dans chaque Province et même dans chaque région actuellement.

Certes, il y a encore de nombreux progrès à faire, mais la situation dans laquelle se trouvent les Universités, devrait également inciter les étudiants à agir en protégeant ces biens communs et ne pas les détruire à chaque fois que des grèves éclatent. En effet, il est plus facile de détruire que de reconstruire. Il serait temps de penser à d’autres façons de revendiquer, les plus pacifiques possibles, pour éviter que le peu qui reste ne tombe en ruine.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.