Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Université de Toamasina: Conscient Zafitody limogé

Université de Toamasina: Conscient Zafitody limogé

Comme il fallait s’y attendre, le président de l’Université de Toamasina, Conscient Zafitody, a été démis de ses fonctions. La décision a été prise hier, en Conseil des ministres. Un comité intérimaire prend le relais.

Une erreur grave. C’est le constat de l’Exécutif par rapport à la gestion de l’Université de Toa­masina. D’après le communiqué du Conseil des ministres, le numéro un de l’Université de Toamasina a commis plusieurs fautes. Il a utilisé les bourses d’études à d’autres fins. Il a vendu en catimini les véhicules de l’Université. En un mot, l’Etat lui reproche sa gestion de l’Université de Barikadimy.
Le Conseil des ministres ajoute que l’organisation et le fonctionnement de l’Univer­sité n’ont pas du tout été clairs. «Le budget destiné au paiement des bourses et équipement a été débloqué en juillet 2020 et utilisé à d’autres fins», indique-t-il. Le recrutement de nouveaux employés sans l’aval du ministère de tutelle ou du Conseil d’administration de l’Université s’ajoute à cela.

Retard
La tourmente du président de l’Université de Toa­masina a commencé le 18 février, le jour où un étudiant a perdu la vie pendant la manifestation des étudiants pour dénoncer le retard du paiement de leur bourse d’études et de l’équipement.
Depuis, le président de l’Université a été pointé du doigt comme étant à l’origine de cette situation explosive. D’ailleurs, dans un communiqué, le ministère de l’En­seignement supérieur avait indiqué que le fonds a été transféré depuis juillet 2020, mais la somme n’avait jamais été débloquée en faveur des étudiants.
De plus, la clôture des inscriptions permettant d’élaborer la liste des boursiers aurait dû intervenir plus tôt, contrairement aux annonces de la présidence de l’Uni­versité de Toamasina. Cette affaire a d’ailleurs amené les responsables étatiques à accélérer le processus de digitalisation des données concernant les étudiants des Uni­versités afin de garantir la véracité de chaque information.

Quoi qu’il en soit, à la suite du décès de leur collègue, les étudiants ont réclamé la démission du président de l’Université. Devant les faits accomplis, l’intéressé a multiplié les communications pour faire croire que les grèves estudiantines font partie de la manœuvre d’un groupe d’individus visant à l’éjecter de son poste. De l’autre côté, plusieurs sources ont noté que l’actuel président de l’Université de Toamasina ambitionne de devenir ministère de l’Enseignement supérieur. Une rumeur qu’il n’a pas niée, hier, lors d’une interview dans une presse locale.

J.P

Les commentaires sont fermées.