Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tentatives de déstabilisation :l’Emmo-Far se félicite de la réaction des Tananariviens

Tentatives de déstabilisation :l’Emmo-Far se félicite de la réaction des Tananariviens

Même si l’opposition veut faire retentir les bruits de bottes dans la capitale, les Tananariviens ont gardé leur sang froid et l’Emmo-Far ne s’est pas laissé provoquer et continue à veiller à la paix et à la sécurité. En cas de débordement ou de tentative de troubles, l’Etat-major mixte n’hésitera pas à appliquer la loi, comme c’était le cas samedi où plusieurs personnes soupçonnées de troubles à l’ordre public ont été interpellées. 

Suite à la manifestation avortée de l’opposition, samedi dans le Centre-ville, les autorités en charge du maintien de l’ordre dans la ville d’Antananarivo ont pré­senté leur troisième rapport hebdomadaire, hier au Toby Ratsimandrava. Les responsables au sein de l’Etat-major mixte opérationnel au niveau du Farintany (Emmo-Far) n’ont pas manqué de jeter des fleurs à la population de la capitale.
« La réaction des Tana­nariviens est louable, malgré les appels au désordre lancés par l’opposition. En dépit des provocations, les habitants ont su garder leur calme et ont respecté l’ordre établi », a déclaré le Commandant de la Gendarmerie nationale (Comm-Gn) et Chef de l’Em­mo-Far, le Général Njatoa­risoa Andrianjanaka. Dans ce sens, l’Emmo-Far appelle à cesser toute action pouvant plonger le pays dans le chaos.
« Les troubles occasionnées par les querelles politiques qui se sont succédé, n’ont pas été bénéfiques pour notre pays. C’est pour cette raison que nous invitons tout un chacun à agir dans le respect des Lois en vigueur », a martelé le Général Njatoa­risoa Andrianjanaka.
Prise de conscience
A entendre ce haut res­ponsable de la Gendarmerie, les meneurs des manifestations politiques subissent rarement les conséquences de leurs actes. La preuve : aucun des députés qui ont organisé la manifestation du samedi n’a figuré sur la liste des personnes arrêtées par les forces de l’ordre.
Ni les députés Tim, ni les politiciens au sein de la plateforme de l’opposition RMDM n’a pas fait acte de présence sur les lieux. Les 12 personnes arrêtées et placées sous mandat de dépôt (MD) à Anta­nimora sont considérées comme de simples pions devenus des boucs émissaires, à la place de leurs commanditaires. Ces derniers savent pertinemment que leur agissement est illégal, c’est pourquoi, ils n’étaient pas au rendez-vous.

Pour dire que leurs partisans endossent toute la res­ponsabilité. Parmi leur motif d’incarcération, l’incitation et la participation à une ma­nifestation interdite, att­einte à l’ordre public et à la sûreté de l’Etat. Raison pour laquelle le Chef de l’Emmo-Far appelle à une prise de conscience de tous les citoyens pour ne pas se laisser manipuler par les politiciens.
Pas de retrait des dispositifs
En ce qui concerne la présence des éléments des forces de l’ordre un peu partout dans la Capitale, le Com-Gn souligne que cela fait partie de l’opération de préservation de l’ordre à Antana­narivo. Il cite le cas des véhicules militaires stationnés près du domicile de l’ancien président, Marc Ravaloma­nana à Faravohitra et dans d’autres endroits. Et, pour le moment, l’Emmo-Far, n’envisage pas le retrait de ces dispositifs.
«  En tant qu’ancien président, Marc Ravalomanana mérite qu’on assure sa protection d’autant plus que la conjoncture politique actuelle nous oblige à prendre cette mesure. De plus, ce quartier de Faravohitra abrite également le bâtiment du ministère de la Justice dont nous connaissons son importance. Il est donc nécessaire de sécuriser ces lieux », conclue-t-il.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.