Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Manifestation politique: l’opposition va droit dans le mur

Manifestation politique: l’opposition va droit dans le mur

Depuis quelques semaines, l’opposition tente de déclencher une nouvelle crise politique à Madagascar, à l’image de l’événement populaire de 2002. Jusque-là, cela a fait l’effet d’un pétard mouillé, mais le pasteur Edouard Tsarahame et ses disciples en mal de notoriété, cherchent encore à dégoupiller la bombe.

Clair comme l’eau de la roche. L’opposi­tion n’a nullement l’intention de respecter l’alternance démocratique. Ce soi-disant présentation de rapport d’activités parlementaires à Ambohijatovo, vouée à l’échec, n’est qu’ une façade car il y a des plans diaboliques derrière.

La déclaration commune faite hier à Bel Air par les élus de l’opposition ainsi que les politiciens qui les soutiennent, tombe sous le sens. Le Pasteur Edouard Tsarahame a affirmé que «dorénavant, au lieu d’une simple présentation de rapport d’activités parlementaires, le mouvement se transforme en lutte populaire».

Même si les Tananari­viens ont déjà fait savoir leur ras-le-bol de la crise et des troubles, l’opposition cherche encore à les rallier à leur cause politique perdue d’avance. Déjà, l’incitation à la désobéissance civile n’a pas fait recette que voila, les députés Tim comptent transformer leur manifestation interdite en lutte populaire. La dérive de trop.

Retour en 2002 !

Compte tenu de cette nouvelle déclaration, il n’y a aucun doute, les opposants veulent s’emparer du pouvoir dans la rue. Leur manœuvre n’est plus un secret de polichinelle : rééditer l’événement de 2002. C’est-à-dire inciter à la révolte et à l’insurrection populaire. D’ailleurs, la manifestation politique organisée à l’époque par l’ancien président Marc Ravalomanana et ses partisans, portait l’appellation de lutte populaire.

Mais au vu des événements du samedi, la probabilité pour que cela se reproduise, est minime. S’empa­rer du pouvoir en dehors du cadre constitutionnel ne présage rien de bon pour le développement du pays. Au contraire, cela entrainera le pays dans un gouffre de crise généralisée.

Bon nombre des partisans de cet ancien président et ses députés ont été en effet déçus par le geste des élus Tim qui les ont abandonnés en centre-ville, samedi. Bien qu’il ait été aperçu pendant une cérémonie à Ivandry, Marc Ravalomanana semblait esquiver intentionnellement les journalistes.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.