Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Incendie criminel à Betroka: une famille de 9 personnes décimée

Incendie criminel à Betroka: une famille de 9 personnes décimée

Neuf corps découverts sous les décombres d’une maison mise à feu, dimanche dans la nuit à Benonoky, dans
le fokontany Vohimary, commune rurale Mahasoa Est, district de Betroka. De source auprès de la gendarmerie locale, il s’agit d’un incendie criminel, perpétré suite à un litige foncier.

Des dahalo armés ont attaqué le domicile d’une famille de 9 personnes alors en plein sommeil ce soir-là. Les malfaiteurs ont d’abord fait main basse sur les animaux domestiques des propriétaires des lieux, pour ensuite les ordonner de sortir. Dans la peur, personne ne s’est hasardé à évacuer les lieux et, en guise de représailles, les assaillants ont tout bonnement bloqué les portes, pour ensuite mettre le feu à la maison.
Très vite, le feu s’est pro­pagé à la vitesse de l’éclair quand la toiture en paille s’est embrasée. Alertés par les cris de dé­tresse des occupant et la fumée noire, les riverains des hameaux aux alentours sont venus sur place, mais les dahalo se sont interposés en les intimant de rester à l’écart.
Personne n’a donc pu intervenir, d’autant que les bandits ont attendu jusqu’à ce que tous les occupants de la maison ne donnent plus signe de vie. Après quoi, ils ont dis­paru dans la nature avec deux têtes de bovidés, les seuls à avoir survécu, selon nos sources.
Ce n’était donc qu’ après le départ des bandits que les premiers cons­tats ont eu lieu. Les 9 oc­cupants de la maison, dont 6 jeunes garçons et 3 filles, ont tous péri, brûlés et asphyxiés. Il s’agit, selon des sources locales, des progénitures d’un couple habitant dans une maison située à quelques lieux de l’endroit. Quel­ques animaux, dont des zébus et des brebis ont été également décimés.
Un peu plus tard, les corps des victimes ont été retirés des décombres. Le médecin local qui a dressé un constat, a avancé que les défunts ont tous succombé par inhalation de fumée et par brûlures, et il n’y a eu aucun impact de balles.
Par ailleurs, les gendarmes de Betroka n’ont pu être avisés qu’un peu plus tard à cause du ré­seau et de l’éloignement du village. Hier, une trentaine de gendarmes se sont déplacés sur place sous l’égide du commandant de compagnie Betroka, dans le cadre de l’enquête. Les premiers éléments de leurs investigations ont fait ressortir l’identité de deux des commanditaires de l’acte, lesquels ont été arrêtés hier dans la journée. Et les recherches con­tinuent encore, a conclu la gendarmerie.

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.