Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Filière épices: le déclin de la filière cannelle

Filière épices: le déclin de la filière cannelle

La production de cannelle a chuté de 75% en 30 ans. Madagascar a exporté entre 2.500 et 3.000 tonnes avant 1995. En 2019, le pays n’a expédié que pas plus de 850 tonnes, selon les chiffres fournis par le projet Croissance agricole et sécurisation foncière (Casef) sous tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep). La filière est en déclin aussi bien en quantité qu’en qualité.
« Ces quatre dernières années, les producteurs de cannelles commencent à exploiter les racines de canneliers et les vendre sur le marché pour compenser le gap de production. Au mieux, la quantité produite diminue et au pire la qualité est loin de satisfaire les opérateurs de la filière, entre autres les collecteurs et les exportateurs. Les produits livrés contiennent des racines ou encore des écorces immatures », a déploré Sesy Soja, coordonnateur national du projet Casef.
Ces constats justifient d’ailleurs l’appui du projet à la filière cannelle. Parmi les actions figure la « reconstitution des bases productives », précisément le renouvellement des plants de canneliers. « Plus de 357.000 jeunes plants de canneliers sont en pépinière et plus de 28.000 autres sont déjà mis en terre, afin de reconstituer la base productive. La production sera attendue dans trois à quatre ans, soit au terme du projet », a-t-il déclaré.
Et pour les exploitations et plants de cannelier déjà productifs, il est question d’appliquer le « système d’exploitation rationnel des plants existants ». Les districts de Toamasina II, Fenoarivo Atsinanana et Brickaville comptent actuellement le plus grand nombre de producteurs de cannelle.

Arh.

Les commentaires sont fermées.