Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Thierry Rajaona, président GEM : “L’issue de la crise dépend de la bonne gouvernance économique”

Thierry Rajaona, président GEM : “L’issue de la crise dépend de la bonne gouvernance économique”

La crise sanitaire a provoqué cette crise économique. Aujourd’hui, le pays soigne-t-il mieux le coronavirus pour éviter une nouvelle rechute économique ?
La résolution de la crise économique ne dépend pas de la capacité à lutter contre le coronavirus mais de notre bonne gouvernance économique. On a besoin d’un plan de relance économique. On doit investir dans les infrastructures, l’énergie, les aéroports. Il faut aussi penser à produire ici ce dont les Malagasy ont besoin.

En termes de bilan, le pays a subi une récession de 4.2 % en 2020. Un recul jamais connu depuis 10 ans. Alors qu’en même temps, l’Egypte et le Bénin ont enregistré une croissance de 6%. Dans la loi de finance initiale 2021, l’Etat prévoit 4% de taux de croissance mais si on ne travaille qu’à partir de ses budgets, on n’atteindra maximum 2%.

Le gouvernement a-t-il déjà lancé des chantiers de relance ?
Le gouvernement a déjà adopté le Plan Multisectoriel d’urgence (PMDU) en juillet 2020.
Il était censé être mis en œuvre à un horizon de temps très court, sur la fin de l’année 2020. Mais en général, les mesures ne sont pas appliquées, et encore moins les structures qui devaient l’accompagner [la première réunion du comité de pilotage n’a eu lieu que le 15 février 2021, NDR].
De plus, entre l’Etat et le secteur privé, aucune autre rencontre n’a eu lieu à part la réunion à Iavoloha. On l’a martelé à maintes reprises et on continuera de le dire : il faut plus d’échanges entre l’Etat et le secteur privé.

Concrètement, qu’est ce qui a déjà été fait et que demandez-vous ?
Certaines idées du PMDU ont néanmoins été lancées comme la garantie partielle de portefeuille (75 % garantie par l’Etat pour les entreprises qui effectuent un prêt). Au mois de mai 2020, nous avons aussi demandé aux autorités un prêt bonifié garanti par l’Etat : 24 millions de dollars à débloquer, pour les entreprises qui ont un chiffre d’affaires de moins de 10 milliards d’ariary. Deux caisses seraient disponibles : une pour les crédits restructurés, c’est-à-dire pour rééchelonner le remboursement de crédits déjà contractés ; et l’autre caisse pour accorder de nouveaux prêts.

Qu’en est-il du Plan Emergence de Madagascar, censé donner la feuille de route du pays ?
L’application du PEM a été repoussée au mois de juin, selon la réunion du 15 février du comité du PMDU. Ce qui fait donc qu’à presque mi-mandat, le plan Emergence Madagascar n’a toujours pas été présenté. Ce fameux plan a bénéficié d’un effet d’annonce dès 2019, et il était attendu en juin de la même année… Ensuite prévu pour le 19 janvier 2020, la présentation a été reportée, et le président de la République a préféré se concentrer sur le lancement de la campagne de reboisement à Fort Dauphin.

Propos recueillis Tiana Ramanoelina

Les commentaires sont fermées.