Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Henry Douliot: Journal du voyage fait sur la côte ouest de Madagascar (62)

C’est un grand-oncle ou un arrière-grand-oncle de Rasaotsa, la reine du Ménabé qui a plus de 45 ans. J’examine sa jambe malade et je ne découvre rien, mais, pour lui faire plaisir, je lui ordonne des frictions d’eau phéniquée, matin et soir, et je prépare moi-même le remède, remède impuissant contre la vieillesse.

Le roi reprend alors sa place sous le grand tamarinier, comme Louis IX sous son chêne, et les discours recommencent. Ce n’est pas un kabary, c’est un varivary, une simple conversation. Tsiatelo me fait apporter un panier de riz de 50 kilogrammes et me promet une chèvre pour le soir, dès que son troupeau sera de retour du pâturage ; en échange, je fais déposer à ses pieds quatre lamba, et, après cet échange de politesses, je reprends ma route vers Bevia. On n’a pas tous les jours la chance d’extraire des balles logées sous la peau ; le remède que j’ai donné au roi, s’il ne nuit pas à ma réputation, ne l’augmentera certainement pas.

En arrivant à Bevia, autre kabary. Tsimitoa, l’un de mes hommes, est malade et il veut retourner chez lui avec deux de ses amis ; j’y consens, mais finalement il préfère m’attendre et il restera ici avec trois hommes pour garder les bagages ; dans une semaine, je reviendrai le prendre.

Le 24 août 1891, nous quittons Bevia et allons vers le sud-ouest à travers le plateau de grès rouge qui alterne avec l’argile grise. Nous nous embourbons successivement dans l’Antsoha, affluent du Kelilambo, dans la rivière de Bevia, dans l’Ampasitsiaka, dans l’Ankirambo et dans le Marofy, tous ruisseaux qui appartiennent au bassin du Maitampaka et que séparent des mamelons assez élevés. À l’ouest du Marofy qui coule vers le nord-est, nous franchissons une colline boisée et nous nous arrêtons au bord de l’Androabé qui coule vers le sud-ouest ; c’est une jolie rivière, affluent de l’Anadranta qui lui-même se jette dans le Mangoka. Au bord de l’Androabé, nous trouvons une belle plage de sable, car l’eau est basse dans cette saison, et, comme il est midi, nous déjeunons.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.