Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Présidence du Sénat: Herimanana Razafimahefa élu à l’unanimité

Présidence du Sénat: Herimanana Razafimahefa élu  à l’unanimité

Les membres de la Chambre haute ont plébiscité le sénateur Herimanana Razafimahefa lors de
l’élection du nouveau président. Seul candidat en lice, il a obtenu, sans difficulté, les voix des 18 membres du Sénat.

Les 18 nouveaux sénateurs ont élu à l’unanimité le nouveau président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, élu dans la Province d’Antana­narivo, pour présider le Sénat. Issu de la plateforme IRD et présenté par la majorité pla­teforme majoritaire à la Chambre haute, celui-ci a été le seul candidat en lice lors de ce vote qui a eu lieu, hier, durant la session spéciale des sénateurs fraîchement élus et nommés au Palais d’Anosikely.

Tout récemment Secré­taire général du ministère de l’Education nationale, Heri­manana Razafimahefa n’est pas un inconnu. Il fait en effet partie des fidèles compagnons d’Andry Rajoelina depuis la Transition, en 2009, même si son parcours politique remonte à quelques années auparavant. En effet, cet économiste de formation a déjà occupé, en 2002, le poste de Secrétaire général du ministère de l’Energie et des mines. Ce poste lui a ouvert la voie à une carrière politique, notamment en tant que membre du Con­grès supérieur de la Tran­si­tion entre 2009 et 2014. Après la Transition, Herimanana Razafimahefa n’a pas cessé d’entretenir les liens avec le chef de l’Etat actuel. Il est même devenu le porte-parole d’Andry Rajoelina durant l’élection présidentielle de 2018.

Homme de confiance

Au vu de cette expérience et de la relation qu’il entretient avec le président de la République, le choix de Herimanana Razafimahefa à la tête de la Chambre haute n’est donc plus à justifier. La fidélité à Andry Rajoelina dont il a fait preuve depuis plus de dix ans en fait l’idéal numéro 2 dans les rangs protocolaires du pays. Et pour cause, au cas où le président Rajoelina déciderait de se représenter à sa propre succession en 2023, il aura besoin d’un homme de con­fiance qui assurera l’intérim à la tête du pays. Dans son discours, Herimanana Raza­fimahefa a encore réaffirmé sa volonté ainsi que celle des autres sénateurs de colla­borer avec le chef de l’Etat et le gouvernement. Il s’est également présenté comme un homme d’ouverture.

« Ensemble, allons développer ce pays. Cet appel s’adresse spécialement à l’opposition avec qui nous sommes prêts à collaborer si c’est pour l’intérêt du peuple », a lancé le président du Sénat affirme en même temps son intention de restaurer l’image du Sénat en tant qu’institution de stabi­lité, mais aussi en tant que porte-parole des collectivités territoriales. Cela se fera, d’après lui, avec l’adoption des textes proposés par l’Exé­cutif pour l’intérêt de la nation ainsi que par les descentes au niveau des collectivités, même les plus reculées. « Ces descentes auront pour objectif de déterminer les réels besoins des responsables au niveau local. Les élus de ces collectivités ont été ignorés durant des années, mais nous allons inverser cette situation », a déclaré Herimanana Raza­fimahefa.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.