Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tourisme : l’ouverture au marché africain à l’étude

Tourisme : l’ouverture au marché africain  à l’étude

Le marché européen reste le principal promoteur du tourisme à Madagascar. Mais, compte tenu des incertitudes liées à l’évolution du coronavirus sur ce continent, l’Etat malagasy et les opérateurs privés ambitionnent de conquérir d’autres marchés pour faire face à la grande difficulté traversée par ce secteur, depuis presque un an maintenant. 

«L’Etat malagasy envisage de s’ouvrir au marché africain dans le secteur du tourisme, vu les incertitudes sur l’évolution de la pandémie de coronavirus en Europe aujourd’hui», a fait savoir le ministre des Transports, du tourisme et de la météorologie, Joël Randriamandranto, hier à Tsimbazaza. Des discussions allant dans ce sens sont actuellement en cours avec les membres du secteur privé, notamment la Confé­dé­ration du tourisme de Madagascar (CTM).
Les pays européens sont les principaux émetteurs de touristes à Madagascar, essentiellement la France avec 55% des arrivées. Seulement, la recrudescence des cas de Covid-19 dans l’hexagone ne permet pas en ce moment de rouvrir les frontières internationales, en dépit de la demande des opérateurs touristiques.

Nosy-Be privilégié

C’est la raison pour laquelle, l’Etat et les opérateurs visent à conquérir d’autres marchés. Cette ini­tiative profitera en premier lieu aux activités touristiques à Nosy Be, la seule frontière ouverte à l’international, depuis le 1er octobre.
«Des actions sont prévues. Les touristes en provenance de quelques pays du continent, pourront effectuer un séjour balnéaire à Nosy Be. Nous pouvons commencer le travail avec le secteur privé et la compagnie Ethiopian Airlines qui fait déjà la liaison entre l’Afrique et Nosy Be », explique Joël Randriamandranto. Il précise toutefois que la sécurité sanitaire doit primer à travers les actions à entamer.

38.000 salariés formels en chômage technique

Voilà maintenant pres­que un an que le tourisme souffre de la crise du Covid-19. Selon les chiffres de la CTM, 38.000 salariés formels dans ce secteur sont désormais au chômage technique, soit 70% de l’ensemble des emplois directs générés par le tourisme à Madagascar.
La promotion est actuellement la principale stratégie adoptée par l’Etat pour sauver ce secteur porteur. Mais, le ministre reconnaît que ces actions « restent insuffisantes pour combler les pertes accumulées durant 2020, une année sombre pour le secteur du tourisme ».

Riana R.

Les commentaires sont fermées.