Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Secteur agricole : un projet de loi sur l’agriculture contractuelle en gestation

    Secteur agricole : un projet de loi sur l’agriculture contractuelle en gestation

    L’Etat compte inciter le secteur privé à investir dans l’agriculture. Un  projet de loi est actuellement en gestation pour encadrer les futurs partenariats entre investisseurs et  paysans producteurs. 

    L’Etat compte orienter les grands investisseurs vers l’agriculture pour développer ce secteur stratégique à Madagascar. Un projet de loi sur l’agriculture contractuelle est actuellement en cours d’élaboration, a fait savoir le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Lucien Rana­rivelo, vendredi à Ampan­dria­nomby.

    D’après le ministre, l’absence d’un cadre règlementaire n’a pas permis de développer réellement ce type de partenariat à Madagascar.
    « Le projet de loi sur l’agriculture contractuelle et l’agrégation agricole, permettra d’établir une relation de confiance entre l’investisseur et les producteurs », a-t-il indiqué, avant de poursuivre que des investisseurs ont déjà manifesté leur intérêt à intervenir dans ce secteur.

    D’après une étude réalisée par la Banque mondiale, l’agriculture contractuelle à Madagascar porte principalement sur les produits destinés à l’exportation. Elle n’est pratiquée aujourd’hui que par une petite fraction, estimée à moins de 10% du total des exploitations agricoles.
    Appui aux petits producteurs
    Outre l’appel à inves­tissement, d’autres projets visant à appuyer les petits producteurs sont également sur les rails. Lucien Ranari­velo a dévoilé le lancement de la campagne « Dokan’ny mora ho an’ny mpamokatra » dans 110 districts. Celle-ci vise à remet­tre des intrants améliorés pour augmenter la production.
    Le Fonds de développement agricole (FDA) qui vient d’obtenir un don de 19 millions d’euros de la part de l’Union européenne, fi­nance ce programme. Au titre de l’année 2020-2021, le FDA soutiendra directement les paysans producteurs à hauteur de 56 milliards d’ariary.
    La baisse des ressources propres affectées au secteur agricole cette année n’aura pas d’impact sur les investissements prévus, a fait savoir le ministre de l’Agriculture, car le secteur bénéficie de plu­sieurs soutiens extérieurs. Pour rappel, le budget con­sacré à ce département mi­nistériel est de près de 545 milliards d’ariary, tel inscrit dans la loi de finances ini­tiale (LFI) 2021, alors qu’il était à 625 milliards d’ariary dans la Loi de finances rectificative (LFR) 2020.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.