Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Jean Zorès: «L’heure n’est plus à la déstabilisation »

Jean Zorès: «L’heure n’est plus à la  déstabilisation »

Les réactions politiques aux actions menées par l’opposition se multiplient. Der­nièrement, Jean Zorès, originaire du sud de Madagascar, s’est adressé aux politiciens et en particulier à l’opposition menée par l’ancien président Marc Ravalomanana. Il a indique que le geste de cet ancien président, de venir en aide aux concitoyens victimes de la famine dans le sud du pays, est admirable.
Toutefois, il affirmé être étonné par la dernière déclaration de cet ancien chef d’Etat, dans la mesure où elle est contradictoire avec son acte de bienfaisance. Marc Ravalomanana qui, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux des membres de son parti, a ex­primé sa volonté d’« enclencher la vitesse supérieure » en tant qu’opposant.
« Quand Marc Ravaloma­nana affirme qu’il compte en­clencher la vitesse supérieure, est-ce que cela veut dire qu’il veut contribuer à la déstabilisation du pays, voire conduire ses partisans dans la rue ? », s’interroge Jean Zorès.
Rien ne confirme pour le moment une telle intention de la part du fondateur du parti Tim, mais ce politi­cien originaire du Sud lui demande d’agir en tant que Raiamandreny. A cet effet, l’ancien président et son équipe devraient, selon lui, orienter leur action dans la proposition de solutions aux problèmes de la population, à l’instar de la famine dans la partie sud de Madagascar.

Message aux dirigeants

Ce natif du Sud adresse également un message aux dirigeants. Il faudrait que ces derniers consacrent, selon ses dires, tous leurs efforts à satisfaire les besoins de la population, surtout en cette période de soudure. Mais pour réussir cette mission, « le président de la République doit s’entourer de personnes ayant la capacité et l’expérience requises dans la gestion des affaires nationales », souligne Jean Zorès.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.