Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Quel avenir pour l’enseignement ?

Quel avenir pour l’enseignement ?

La grève des étudiants de l’Ecole normale supérieure (ENS) remet sur le tapis le débat sur l’avenir de l’enseignement à Madagascar. Quand des futurs enseignants jettent des pierres sur des éléments des forces de l’ordre et profèrent des insultes, l’on ne peut que s’inquiéter sur l’avenir

de l’enseignement public malagasy.

Ces étudiants censés être des modèles pour nos enfants ont bloqué la voie publique pendant des heures. Ils ont semé le trouble. Evidemment, la loi garantit la liberté de manifester dans un pays démocratique comme Madagascar tant que cela se fait dans le respect de la loi et de la liberté des autres. Cela n’a pas été le cas à Ampefiloha. Les étudiants ont semé le trouble dans un endroit public, en dehors de leur établissement.

Ces futurs enseignants revendiquent le recrutement systématique des jeunes sortants de cette école comme enseignant fonctionnaire. Mais compte tenu de la situation cette semaine, il faudrait peut-être réfléchir à deux fois avant de répondre à cette revendication, car c’est l’avenir des enfants qui est en jeux.

Le moment est venu de revoir une bonne fois pour toutes le système éducatif malagasy. Recruter des enseignants fonctionnaires, c’est bien et à encourager même, mais ce n’est pas n’importe qui car c’est sensé être systématique.

Si la qualité de l’enseignement est de plus en plus mauvaise dans le pays, les futurs enseignants ont leur part de responsabilité sans oublier ceux déjà en exercice qui se plaignent souvent de leurs mauvaises conditions de travail. Tout le monde doit y mettre du sien pour espérer une amélioration de la qualité de l’enseignement à Madagascar et assurer un meilleur avenir à nos enfants.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.