Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Henry Douliot: jJournal du voyage fait sur la côte ouest de Madagascar (27)

Le nom d’Andranomena, qui signifie « où l’eau est rouge », s’applique tout à la fois à une petite rivière qui vient se jeter dans la mer à Ampatikia et à la région de rizières et de forêts que ce fleuve arrose ; la couleur de l’eau est due à l’argile ferrugineuse qu’elle charrie en toute saison. Dans la saison des pluies, du reste, tous les fleuves gonflés par les torrents venus des montagnes sont rouges comme l’Andranomena.

M.Samat met à ma disposition une pirogue (laka) de mer, qu’il ne faut pas confondre avec la moulangue des rivières, et à 2 heures de l’après-midi, escorté de Tsialofa et de Rehamota, je mets à la voile pour le nord. Ne croyez pas que la pirogue de mer (laka ou lakampiara) soit une grossière embarcation de sauvages. La coque allongée, qui a, dans sa plus grande largeur, environ 60 centimètres et une longueur de 10 mètres, et qui est d’une seule pièce taillée dans un farafatsa, est ogivale à sa partie inférieure et tranchante à l’avant et à l’arrière. Ses deux bords sont rehaussés de planches fixées par des chevilles et sont garnis d’une bordure demi-ronde en songery noirci au feu. Au-dessus de l’éperon, est une gracieuse échancrure (firana) et dans la partie encore étroite, en deçà de cette échancrure, un crochet de bois noir dont la pointe se recourbe en arrière. La poupe est aussi tranchante que la proue, mais un peu moins haute, et elle porte également un petit crochet non recourbé et à peine relevé. D’un bord à l’autre, il y a une demi-douzaine de petits bancs très étroits ; celui d’avant est réservé à celui qui manœuvre la voile, celui d’arrière à celui qui tient la rame servant de gouvernail. Sous les bancs on suspend une planche sur laquelle se mettent les colis et au-dessus on dispose un lit de roseaux où prennent place les passagers ; à droite et à gauche, on peut s’adosser à une planche mobile comme une ridelle de charrette, fixée par trois chevilles.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.