Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Relance : le secteur privé planifie sa «Vision économique 2030»

Relance : le secteur privé planifie sa «Vision  économique 2030»

Plus de visibilité sur l’avenir économique du pays. C’est dans ce sens que le secteur privé malagasy va donner sa «Vision économique 2030» qui devrait être prête durant le premier trimestre 2021. 

Relance et reprise. Après la crise sans précédent de 2020, le secteur privé malagasy ambitionne d’apporter sa vision économique pour 2030. Le document stratégique devrait être présenté au mois de mars ou avril 2021, a fait savoir le président du Groupement des entreprises de Mada­gas­car (Gem), Thierry Rajaona, lors d’une rencontre avec la presse à Antsahavola, le 30 décembre. Et, le patronat compte engager le dialogue avec l’Etat et les Partenaires techniques et financiers (PTF) pour sa mise en œuvre.
Alors que le président Andry Rajoelina a annoncé la présentation officielle du Plan émergence Madagascar (PEM) dans les prochains jours, le secteur privé s’attend à ce que ce document stratégique en gestation à l’heure actuelle, soit pris en compte.
Pour Thierry Rajaona, le dialogue public-privé reste crucial pour relancer l’économie en ce moment où le pays continue de faire face à la crise du coronavirus qui impacte fortement tous les secteurs d’activité. Le secteur privé sollicite ainsi au moins deux rencontres annuelles avec les décideurs pour discuter ensemble de la situation économique dans le pays.
«Nous avons besoin d’un lien très fort entre le public et le privé pour surmonter la crise du Covid-19. Et cela dépendra de la qualité du dialogue public-privé. Il y va, aussi bien de la consolidation des recettes de l’Etat que de la survie des entreprises», a-t-il avancé.

Renforcer les investissements
Pour l’année 2021, le secteur privé s’attend à une forte relance de l’économie. «Il est possible de réaliser une croissance économique de 6 à 7% en mettant tous les moyens. Il est nécessaire aujourd’hui de renforcer les investissements pour soutenir la production au profit de la consommation», poursuit le président du Gem.
Mais pour le patronat malagasy, la Loi de financess initiale 2021 ne va pas réellement dans ce sens. Une révision du texte par rapport au contexte qui prévaut est nécessaire, à en croire le secteur privé.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.