Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tribunal d’Antananarivo: le nouveau procureur aura fort à faire

Tribunal d’Antananarivo: le nouveau procureur aura fort à faire

L’audience solennelle des nouveaux responsables auprès du Tribunal de première instance (TPI) d’Antananarivo s’est déroulée, hier. D’énormes défis à relever attendent les nouveaux venus, surtout que le domaine de la Justice malagasy est réputée comme le secteur le plus corrompu.  

Quatre magistrats viennent d’être installés au sein du Tribunal de première ins­tance (TPI) d’Antananarivo, hier à Ano­sy. Il s’agit de Marie Annick Rakotoari­vo­ny, procureur de la Ré­publi­­que, Angèle Hortense Raso­lo­lalao, président du TPI, Laza nirina, vice-président du TPI ainsi que Fabienne Ralam­boari­soa, premier Substitut. D’emblée, les concernés ont annoncé la couleur. Ils placent le respect de la loi et de la justice, comme priorité.

Priorités

Lors de sa prise de parole, la procureure de la République du TPI a rappelé que «la loi est faite pour tout le monde et que personne n’est au-dessus de la loi». Evoquant les chantiers auxquels elle devra faire face pour redorer l’image de la Justice, Marie Annick Rakotoari­vony a ajouté que la mise en détention préventive sera examinée de près, vu l’exiguïté des prisons.
Elle a également mis en exergue la lutte contre les violences basées sur le genre, que ce soit physique, morale ou financière. Ces temps-ci, ce genre de sujet fait le buzz sur les réseaux sociaux et la Une des médias, car les langues se délient et les familles des victimes brisent le silence.
Comme l’a rappelé le mi­nistre de la Justice, Johnny Richard Andriama­he­farivo, rétablir la confi­an­ce entre la Justice et les ci­toyens fait partie des engagements de l’Etat. Mais dans le contexte actuel gangréné par la corruption, les nouveaux responsables auront du pain sur la planche.
«Nous devons travailler en­semble pour y arriver», a d’ailleurs soutenu le Garde des Sceaux, en marge de la cérémonie, expliquant également que la mobilité au sein du corps de la magistrature a pour objectif de donner un nouveau souffle à la Justice, pas seulement dans la capitale, mais à travers le pays.

J.P

Les commentaires sont fermées.