Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

ProDéCID/GIZ : un appui de 15 millions d’euros aux communes

ProDéCID/GIZ : un appui de 15 millions  d’euros aux communes

Partenaire de longue date de l’Etat dans la mise en œuvre de la politique de décentralisation à travers les Collectivités territoriales décentralisées (CTD), le ProDéCID/GIZ décide de poursuivre sa contribution en apportant un appui financier à hauteur de 15 millions d’euros, aux communes.

«Nous avons une com­posante dédiée aux fi­na­n­ces locales car c’est un élément clé permettant d’appuyer les communes dans l’amélioration de la gestion financière. Cet appui se fait directement au niveau des communes mais peut également se faire au niveau central», a indiqué hier au Carlton la directrice du projet ProDé CID/GIZ à Madagascar, Anja Heuft, lors de l’atelier de validation du recueil de textes sur les finances locales.
La somme attribuée sera ainsi répartie sur trois ans et demi en fonction des besoins de chaque commune. A noter que les subventions au niveau des CTD s’élèvent actuellement à 15 millions d’ariary par commune, bien que certaines d’entre elles arrivent à générer plus de recettes.

Autonomie financière
L’objectif consiste ainsi à encourager les communes à assurer une certaine autonomie financière. En présence des représentants du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation et ceux du ministère de l’Economie et des finances (Mef), l’atelier a été axé sur l’examen des textes relatifs au financement local réunis dans un seul recueil. Il prévoit une meilleure réorganisation des financements pour encourager les communes à être plus autonomes financièrement.
«Un millier de textes régissent les finances locales mais ne sont pas appliqués. 94 d’entre eux semblent par contre plus pertinents», a indiqué le SG du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, Célestin Raso­lo­ma­holy Rakotozanany. D’ après lui, beaucoup d’argent devrait rentrer dans les caisses de la commune, mais la réalité en est toute autre.
«Le plus important est de faire comprendre à la population que le paiement des impôts est la clé de tout développement local», a fait savoir la DG de la décentralisation, Anjara Manatsara. «Le véritable problème réside sur le fait que malgré les recettes de certaines communes, celles-ci n’en bénéficient pas de la totalité», a-t-elle fait comprendre.
Un comité est en place pour le suivi des actions en toute transparence. Les compétences de chaque commune seront ainsi étudiées en fonction de leur possibilité. «Les communes minières peuvent générer 11 milliards d’ariary de recettes, ce qui implique que les subventions devraient être en­voyées vers d’autres communes plus faibles», a conclu la DG de la décentralisation.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.