Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Détournement de fonds: Ahmad : Ahmad écope d’un carton rouge

Détournement de fonds: Ahmad : Ahmad écope d’un carton rouge

La candidature d’Ahmad à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf) tombe à l’eau. La Fifa a suspendu l’ancien président de la FMF de toute activité footballistique pour cinq ans.

Fin de règne ! Ahmad n’aura plus la possibilité de briguer un deuxième mandat à la tête de la Caf après que la chambre de jugement de la Commission d’éthique indépendante de la Fifa l’a condamné, pour violation du Code d’éthique, à cinq ans de suspension et à payer une amende de 200.000 francs suisses.
« La Chambre de jugement a… conclu que M. Ahmad avait enfreint les articles 15, 20 et 25 du Code d’éthique en vigueur ainsi que l’article 28 de l’édition 2018 et a prononcé à son encontre une interdiction de toute activité relative au football (administrative, sportive et autre) aux niveaux national et international pour une durée de cinq ans. Il devra en outre s’acquitter d’une amende s’élevant à CHF 200.000 », selon le communiqué de la Fifa.
D’après les informations émanant de l’instance internationale du ballon rond, l’enquête menée a trait « à la gouvernance de la Caf, dont l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque (Oumra), ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel et d’autres activités ».
« Dans sa décision, qui a fait suite à une longue audition, la Chambre de jugement de la Commission d’éthique a établi, sur la base des informations recueillies par la chambre d’instruction, que M. Ahmad avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d’autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la Caf », a fait savoir le communiqué.

Suite logique

La condamnation du président sortant de la Caf ne relève pas d’une surprise. Il a été reconnu coupable d’infractions au Code d’éthique de la Fifa en octobre, quel­ques heures après avoir dé­posé sa candidature à la présidentielle de la Caf, ce qui a été confirmé par le communiqué en date d’hier.
«La Chambre de jugement de la Commission d’éthique indépendante a jugé Ahmad Ahmad, président de la Con­fédération africaine de football (Caf) et vice-président de la Fifa, coupable d’avoir enfreint les articles 15 (devoir de loyauté), 20 (acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages) et 25 (abus de pouvoir) de l’édition 2020 du Code d’éthique de la Fifa, ainsi que l’art. 28 (détournement de fonds) de son édition 2018 », a communiqué la Fifa.

Peines non cumulées

Bien que le verdict empêche Ahmad de poursuivre ses activités dans le milieu du football, les peines prononcées sont moins lourdes par rapport au nombre d’infractions commises. En effet, la Chambre de jugement a pris la peine la plus sévère sur les trois manquements au règlement à l’actif d’Ahmad, à savoir le détournement de fonds.
Celui-ci « est sanctionné d’une amende d’au moins CHF 100.000, ainsi que d’une interdiction d’exercer toute activité relative au football de cinq ans au moins. Le montant des fonds détournés est pris en compte dans le calcul de l’amende. La sanction est alourdie si la personne occupe de hautes fonctions dans le football, ainsi qu’en fonction de la pertinence et de l’importance de l’avantage reçu. »
En ce qui concerne le devoir de loyauté, sa violation « est sanctionnée d’une amende d’au moins CHF 10.000, ainsi que d’une interdiction d’exercer toute activité relative au football de deux ans au plus » tandis que l’abus de pouvoir « est sanctionné d’une amende d’au moins CHF 10.000, ainsi que d’une interdiction d’exercer toute activité relative au football de deux ans au moins. La sanction est alourdie si la personne occupe de hautes fonctions dans le football, ainsi qu’en fonction de la pertinence et de l’importance de l’avantage reçu. »

Naisa

Les commentaires sont fermées.