Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Une page qui se tourne

Une page qui se tourne

Les dés sont jetés. La campagne électorale pour les sénatoriales ouvre une nouvelle page. Avec 14 bureaux de vote et un peu plus de 10.000 électeurs, la situation ne sera pas la même que lors des précédentes élections. Il suffit de quelques réunions dans des endroits réservés pour faire fléchir les grands électeurs, surtout les indécis.

En effet, les partis majoritaires connaissent déjà à l’avance le nombre de leurs maires et conseillers élus. Malgré le boycott de l’opposition, faute de maires élus, il est ainsi indéniable que le parti présidentiel rafle largement la mise. Les autres formations en lice, à l’instar du parti MMM, faisant partie de la majorité présidentielle, ont encore leur mot à dire.

A l’horizon, la parenthèse des «bleus» vont se fermer pour bientôt et pour de bon. Le baroud d’honneur visant à gagner du temps: saisi de la Haute Cour constitutionnelle, est désormais vain. Trouver des excuses comme le retard du budget, pour faire faux bond à la session ordinaire, mal vu, vis-à-vis même de la Constitution, est perdu d’avance.

Il est temps de passer le flambeau, comme les juges constitutionnels l’ont insinué récemment. Ceci étant, le moment est aussi venu pour les futurs élus de la Chambre haute de prendre sérieusement conscience de leur mission et attribution, conformément à la Loi fondamentale. Les sénateurs ont pour rôle de conseiller l’Exécutif sur les sujets touchant l’économie et le social, ainsi que les organisations des collectivités décentralisées. Gageons que cette fois, qui plus est avec un nombre réduit, les futurs sénateurs assumeront leurs responsabilités.

J.P

Les commentaires sont fermées.