Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rapatriement de devises : les opérateurs économiques montrent peu d’enthousiasme

Rapatriement de devises : les opérateurs économiques montrent  peu d’enthousiasme

Près de 3.000 sociétés exportatrices et importatrices sont en situation irrégulière par rapport à leur obligation de rapatriement de devises, après la levée de l’état d’urgence sanitaire. Leurs comptes d’opération de change sont suspendus jusqu’au rapatriement de leurs devises à Madagascar, annonce le ministère de l’Economie et des finances (MEF).

Améliorer le cours de l’ariary. C’est dans ce sens que le MEF lance un rappel aux opérateurs exportateurs et importateurs concernant l’obligation de rapatriement de devises à Madagascar. A la sortie du palais de Tsimbazaza, hier , après la présentation du Pro­jet de loi de finances initiale (PLFI) au niveau de l’As­semblée nationale, Ihaja Ran­jalahy, le directeur général du Trésor public, a avancé que sa direction compte renforcer les sensibilisations, auprès des entreprises con­cernées, suivant une instruction du président de la Ré­publique et du Premier ministre.

«Entre le 1er novembre et le 19 novembre, 11 millions de dollars ont été rapatriés à cet effet», a-t-il précisé. Durant l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement a décidé de lever les sanctions liées au retard ou non rapatriement de devises, au profit des sociétés exportatrices et importatrices ayant atteint un taux de rapatriement de devises de plus de 80%. Et aucune suspension d’accès au logiciel des opérations de change SIG-OC n’a eu lieu durant cette période.

Près de 3.000 entreprises en situation irrégulière

A la levée de l’état d’urgence sanitaire, les procédures relatives à l’obligation de rapatriement de devises ont repris. Mais force est de constater que les opérateurs affichent peu d’enthousiasme à honorer leur engagement.
«51 sociétés ont fait montre d’initiative pour régulariser leur situation et 791 domiciliations d’exportations ont été apurées depuis», annonce le MEF dans un communiqué publié hier.
A la date du 17 novembre, 1.594 sociétés exportatrices et 1.660 sociétés importatrices sont en situation irrégulière. «Leurs comptes au niveau du Système intégré de gestion des opérations de change resteront suspendus jusqu’au rapatriement de leurs devises à Madagascar», poursuit le MEF.

D’après le DG du Trésor, «Des entreprises attendent une hausse de la valeur de l’ariary avant de procéder au rapatriement de devises. Dans ce cas, il s’agit d’une spéculation». Au mois de septembre, le président Andry Rajoelina a déjà dénoncé un faible taux de rapatriement de devises dans la filière vanille, à l’occasion d’un déplacement dans le Nord de l’île. «Seules 35% des recettes d’exportation de la vanille sont rapatriées», a-t-il annoncé à cette occasion.
Selon le cours de référence de la Banky foiben’i Ma­da­gasikara (BFM), un euro vaut 4554,84 ariary, tandis que le dollar américain équivaut à 3.840 ariary. La même institution indique que l’ariary s’est déprécié de 11,4% par rapport à l’euro et de 3,9% par rapport au dollar américain, sur une période de 9 mois, entre le 1er janvier et le 30 septembre 2020.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.