Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Maurice Auguste Benyowsky

Mémoire concernant l’expédition à Madagascar (124)

Je promis aux Ondzatsi et aux Ambiasses de les employer pour le bien de la nation ; et je conclus en déclarant que je croyais de mon devoir de consacrer tout mon temps à l’établissement d’une forme de gouvernement qui pût conserver l’union et l’harmonie. J’allais continuer, lorsque Raffangour me dit de m’arrêter. Alors les ordres se séparèrent, les Rohandrians s’assemblèrent de leur côté, les Anacandrians du leur, et ainsi de tous les autres. On me conduisit d’abord vers les Rohandrians, où je trouvai un bœuf que j’égorgeai en prononçant le serment du sacrifice, et chaque Rohandrian avala une goutte de sang, répétant à haute voix des imprécations contre lui-même et ses enfants, dans le cas où il manquerait à l’obéissance qu’il m’avait jurée. De là je passai dans le cercle des Anacan­drians où j’immolai deux bœufs en répétant le même serment. Je passai de la même manière par toutes les classes du peuple, tuant trois bœufs pour les Voadziri, quatre avec les Lohavohites, six avec les Ondzatsi, deux avec les Ambiasses, et douze avec les Ampouria. Ces derniers plongèrent le bout de leurs zagaies dans le sang, et les léchèrent en prononçant le serment. Toute la cérémonie se passa sans confusion, et l’on me ramena dans le cercle des Rohan­drians, où l’on fit un second serment qui se pratique de cette manière : chacun se fit avec un rasoir une incision au bras gauche, exemple que j’imitai moi-même, et suça le sang l’un de l’autre, en prononçant les plus horribles malédictions contre quiconque violerait son serment, et des bénédictions en faveur de ceux qui resteraient fidèles à leurs engagements. Cette cérémonie dura deux heures. Après-midi, les chefs prescrivirent au peuple un moment de recueillement pour invoquer l’esprit de Dieu et remercier Zahanhar de sa bonté et de sa protection. À deux heures un quart, deux des Rohandrians me conduisirent à ma tente, où je les retins à dîner. J’invitai les Anacandrians et les Voadziri à boire après dîner, et j’envoyai quatre tonneaux d’eau-de-vie aux Lohavohites pour les distribuer parmi les Ondzatsi, les Ambiasses et les Ampouria.
www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.