Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Caf: Ahmad de nouveau dans la tourmente

Caf: Ahmad de nouveau dans la tourmente

Le nom du président de la Confédération africaine de football (Caf), Ahmad, est de nouveau cité dans une affaire louche, notamment la révision opaque d’un contrat télévisé. La Fifa ouvre une enquête.

L’étau se resserre autour du président de la Caf. Alors qu’il est déjà re­connu coupable de violation du Code d’éthique de la Fifa, voilà que le New York Times dévoile une autre affaire qui risque de mettre Ahmad KO.
« Les enquêteurs d’éthique de la Fifa ont demandé au plus haut responsable du football en Afri­que d’expliquer pourquoi il avait accepté de réviser un contrat télévisé d’une manière qui semblait profiter à un partenaire commercial plutôt qu’à sa propre orga­nisation », a rapporté le New York Times.
En effet, l’affaire concerne la réduction du montant minimum de garantie des droits télévisé de la Caf. De plus, avec son vice-président Omari, Ahmad aurait permis à la société Lagardère de « se dé­charger de sa responsabilité de collecter près de 20 millions de dollars de redevances impayées auprès d’un diffuseur. »
« En acceptant de prendre le risque de ces honoraires impayés, la direction de la Caf a également accepté de payer à Lagardère des honoraires de 6,7 millions de dollars. En effet, la Caf a accepté de racheter la dette impayée au rabais, espérant qu’elle pourrait recouvrer elle-même la totalité du montant auprès d’une entreprise qui avait déjà fait défaut à plusieurs reprises sur la dette », selon le journal new-yorkais.
Demande d’explications

A ce propos, en octobre, la Fifa a déjà demandé des explications aux deux personnes impliquées dans cette affaire. Mais ni Ahmad, ni Omari n’ont daigné donner suite à la lettre de la Fifa. Ahmad justifie son absence par le congé
de 20 jours qu’il a pris récemment après sa guérison au coronavirus. Pour autant, à son retour au Caire pour re­prendre ses activités, il devra s’expliquer devant la commission d’éthique.

Naisa

Les commentaires sont fermées.