Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Assainissement et hygiène à Madagascar: 7 individus sur 10 défèquent encore à l’air libre

Assainissement et hygiène à Madagascar: 7 individus sur 10 défèquent encore à l’air libre

L’accès à l’assainissement et à l’hygiène est un droit humain fondamental. Cependant, d’après le secrétaire général du ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène (MEAH), Simon Randriatsiferana, « 7 personnes 10 défèquent encore à l’air libre à Madagascar ».

«Et 37,6% seulement ont accès aux toilettes répondant aux normes sanitaires », a-t-il informé, au cours de la célébration de la Journée mondiale des toilettes (JMT), hier dans la Commune rurale de Mantasoa, du district de Man­­jakandriana, région Ana­­lamanga.

Ce contexte a poussé l’Etat malagasy, par le biais du MEAH, à relever le défi d’éradiquer à Madagascar la défécation à l’air libre et de permettre à tous les Mala­gasy d’avoir accès à l’eau potable d’ici 2030. « Tout un chacun est tenu de prendre les bonnes mesures pour maintenir une bonne hygiène et d’abandonner les mauvaises habitudes », a souligné le SG du MEAH.

A noter que la défécation à l’air libre pollue nos ressources en eau et les bassins versants. D’un autre côté, il est nécessaire d’installer de nouvelles infrastructures d’hygiène qui résistent aux aléas climatiques.
Journée mondiale des toilettes

Le thème de la JMT de cette année est « Assainis­sement durable et changement climatique ». Elle a été célébrée à Mantasoa du fait que cette Commune rurale du district de Manjakandriana renferme plusieurs réserves et ressources en eau pour la région Analamanga. A cette occasion, les 25 maires dudit district ont signé publiquement un engagement pour faire respecter dans leur commune respective les bonnes pratiques d’assainissement et d’hygiène.
Des partenaires privés et diverses organisations vont les appuyer dans cette noble tâche. Par exemple, le coût de l’accès à l’eau potable pour chaque ménage sera réduit de moitié. Manjakan­driana ambitionne ainsi de devenir un district pilote de l’EAH.
A noter que d’après le MEAH, le taux de couverture en infrastructures sanitaires et en toilettes dans la région Analamanga s’est amélioré. 70,38% de la population y ont désormais accès.

Sera R.

Les commentaires sont fermées.