Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Maurice Auguste Benyowsky

Mémoire concernant l’expédition à Madagascar (122)

 

Ensuite, il me pria de le suivre, et nous sortîmes du camp pour aller dans la plaine où nous entrâmes dans un cercle formé par une assemblée de trente mille hommes armés. Les chefs étant chacun à la tête de leur tribu, et les femmes dans l’intérieur, ils formèrent bientôt le premier cercle autour de nous, et Raffangour les harangua dans les termes suivants :

« Béni soit Zahanhar, qui est revenu voir son peuple ! Béni soit le sang de Ramini, à qui notre attachement est dû ! Bénie soit la loi de nos pères, qui nous ordonne d’obéir à un chef issu du sang de Ramini ! Nous avons éprouvé, comme nos pères, que la désunion est une punition de Dieu. Depuis le long espace de temps que nous avons été privés d’un chef de la race sacrée de Ramini, nous avons vécu comme des bêtes féroces, tantôt massacrant nos frères, tantôt périssant sous leurs coups ; affaiblis par notre désunion, nous avons toujours été la proie du plus fort ; nous avons été méchants et sourds à la voix de la justice et de l’équité. Oui, nous avons vu de nos jours les malheureux descendants de ceux qui ont versé le sang de Ramini appeler les Français à leur aide pour opprimer et détruire leurs frères. Nous savons comment Zahanhar les a punis, en permettant qu’un de leurs esclaves, fort du secours des Français, répandît leur sang en expiation de leurs crimes. Vous me comprenez tous ; mais j’ai cru à propos de vous rappeler tous ces faits pour vous déterminer à prendre pour loi l’union des cœurs. Pour la conserver, vous devez suivre la loi de vos pères, qui vous commande de vous soumettre au descendant de Ramini. – C’est lui que je vous présente. Je lui donne cette zagaie, afin qu’il soit le seul Ombiassobe, comme l’était notre père Ramini. Écoutez ma voix, Rohandrians, Anacandrians, Voadziri, Lohavohites, Philoubey, Ondzatsi, Ambiasses, Ampouria ; c’est la loi du sang de nos pères. Reconnaissez l’Ampansacabe, soumettez-vous à lui, écoutez sa voix, suivez les lois qu’il vous donnera, et vous serez heureux.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.