Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ex-CMDELAC: l’effondrement d’un pan de mur blesse six ouvriers

Ex-CMDELAC: l’effondrement d’un pan de mur blesse six ouvriers

En cours de démolition, un bâtiment à étage du ministère de la Communication et de la culture s’est effondré hier. Parmi les dizaines de travailleurs qui se trouvaient sur les lieux, six ont été blessés.

La maison de la culture (ex-CMDELAC) sise à l’Arcade Analakely a menacé de s’effondrer de­puis un certain temps. Le ministère a alors décidé de procéder à une démolition. Pour ce faire, une vingtaine d’ouvriers y travaillent d’arrache-pied. Ils ont commencé à démolir l’intérieur en érigeant un échafaudage.
Vers 11 heures, un pan de mur du bâtiment, au dernier étage, s’est écroulé alors qu’une dizaine d’ouvriers étaient sur place. Le mur a emporté l’échafaudage et des bétons dans sa chute, touchant ainsi les travail­leurs. La plupart des ouv­riers ont réussi à s’échapper alors que six se sont retrouvés piégés dans les décombres.
Heureusement, ces derniers ont échappé au pire. Deux d’entre eux ont été grièvement blessés. L’un d’eux, touché à la tête et au membre, était coincé sous un amas de briques et de bé­tons. Il a fallu une heure pour les extirper de là.
Les sapeurs-pompiers de Tsaralàlana ont immédiatement pris en main l’opération de sauvetage en faisant sortir toutes les victimes des décombres avant de les évacuer à l’HJRA. Les éléments de la police nationale et mu­nicipale se sont déployés sur place pour sécuriser les lieux et tenir à distance les ba­dauds en établissant un périmètre de sécurité.
Les ouvriers qui sont sortis indemnes de la situation n’ont plus repris le travail. Ils ont rejoint leur domicile. Quant aux pompiers, ils ont démoli une partie du mur qui menaçait encore de s’effondrer. Via un communiqué, le ministère de tutelle n’a pas manqué de remercier les secouristes ainsi que les policiers pour leur intervention.

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.