Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Crise du Covid-19: la politique RSE des entreprises mise à l’épreuve

Crise du Covid-19: la politique RSE des  entreprises mise à l’épreuve

La Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et la crise du Covid-19 ont été au cœur des débats à l’occasion de la 5e édition du salon RSE et du développement durable, un événement en ligne organisé les 22 et 23 octobre.

La grande partie des entreprises présentes à Madagascar ont mis en avant une politique RSE dans le cadre de leurs ac­tions dans le pays ces dernières années. Mais force est de constater que ces engagements ont été mis à l’épreuve durant la crise du Covid-19. D’après Thierry Rajaona, président du Groupement des entreprises de Mada­gas­car (Gem), «Si il y a eu un variable d’ajustement durant la crise du Covid, cela a été au niveau des employés». Ce chef d’entreprise explique toutefois que toutes les entreprises présentes dans la Grande île n’ont pas vécu la crise de la même façon, du fait que «La trésorerie de certaines entreprises n’ont pas permis de maintenir l’emploi, alors que d’autres sociétés ont essayé de maintenir l’emploi sans licenciement ni chômage».
Selon les chiffres disponibles fin août, 5.000 salariés formels ont perdu leurs emplois à cause de la crise du Covid-19. 5 à 10 % des Très petites entreprises (TPE) et Petites et moyennes entreprises (PME) ont fermé. Cette situation a cependant permis d’accélérer les réflexions sur la mise en place de l’assurance chômage à Madagascar. Ce projet a été mis sur la table depuis maintenant trois ans, c’est-à-dire en 2017, avec le soutien du Bureau international du travail (BIT). Suite à la crise du Covid-19, les études relatives à sa mise en place s’accélèrent.
Le défi de la relance économique
Alors que la crise sanitaire est sur le point d’être maîtrisée à Madagascar, le secteur privé estime que celle économique et sociale restera encore plus importante dans les mois à venir. Thier­ry Rajaona note à ce propos que «Les projections de croissance économique sont catastrophiques, selon les études du FMI qui prévoit une décroissance de -3,2%».
La relance de l’économie malagasy devient dans ce cas un important défi pour toutes les parties prenantes dans le contexte actuel. Pour le président du Gem, reprendre les mêmes approches qu’avant dans le cadre de cette relance, autrement dit à travers le «Business as usual», ne saurait être une solution. «La crise du Covid-19 nous a permis de réfléchir sur une conception moins patrimoniale de l’entrepreneuriat et plus sur un regard plus sociétal du développement de l’entreprise. Il est nécessaire de faire en sorte que la pérennité de l’entreprise ne porte pas uniquement sur l’enrichissement des actionnaires. Mais les entreprises ont aussi une vocation sociétale multidimensionnelle, entre autres, comment prendre soin des salariés, respecter les clients, mieux redistribuer la valeur ajoutée», avance Thierry Rajaona.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.