Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Demande de 4×4: des députés reviennent à la charge

Demande de 4×4: des députés reviennent à la charge

Belote et rebelote.  Deux jours seulement après le début de la session ordinaire,  les députés sont revenus à la charge en réclamant l’achat de 4×4. En 2019, un marché de plusieurs milliards relatifs à ce sujet a déjà été en gestation.  

Auparavant, les députés profitaient des sessions à huis clos pour remettre ce sujet sur le tapis, histoire de ne pas faire du bruit dans Landernau. Car auprès de l’opinion publi­que, l’achat d’un véhicule 4×4 pour les parlementaires de la Chambre basse n’est pas encore opportun vu la situation économique dans laquelle se trouve le pays. Mais les concernés ne l’attendent pas de cette oreille.
Lors de la séance plénière au CCI Ivato hier, le député élu à Antsohihy, Rémi dit Jao Jean s’est exprimé ouvertement sur le sujet. « Les membres de la Chambre basse sont en droit d’exiger un tel avantage », a-t-il déclaré. Et d’ajouter, «Nous avons tellement besoin de ce véhicule pour pouvoir bien effectuer notre travail de tous les jours. De par cette raison, nous pensons qu’il est temps de remettre le débat sur le tapis».

Loi de finances
Selon toujours le député Jao Jean, un budget destiné à l’achat de ces véhicules devrait être intégré dans le projet de Loi de finances initiale (LFI) 2021. Et, les députés vont examiner ce texte d’ici quelques jours.
Dans la foulée, la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanama­hasoa a fait savoir que le bureau permanent s’emploiera à faire avancer cette proposition auprès du Gouverne­ment. Il appartiendra à ce dernier d’en juger s’il est nécessaire d’inscrire cette demande dans le texte budgétaire. Il faudrait toutefois, selon Christine Razanama­hasoa, transformer cette demande en projet de loi.
«Nous dévons discuter avec le ministre qui saura élaborer ce projet de loi avant de le soumettre au vote du Parlement», a-t-elle expliqué.
Notons que ce n’est pas la première fois que les élus de la présente législature ont formulé une telle demande. A plusieurs reprises en effet, lors des réunions à huis clos avec le Gouvernement, ils n’ont cessé de réclamer l’achat d’une voiture de service.
A ce jour, l’Exécutif n’a pas répondu favorablement à leur requête, malgré l’insistance parfois sous forme de pression et de chantage de Tsimbazaza. D’ailleurs, le pays n’est pas encore sorti de la crise sanitaire dont la gestion reste encore au centre des priorités du Gouver­ne­ment.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.